RMC Sport

Bergeroo : "On avait un pacte entre nous"

-

- - -

Philippe Bergeroo n’a pas caché sa déception après l’élimination de la France face à l’Allemagne, en quart de finale du Mondial (1-1, 4-5 tab). Pour le sélectionneur, le manque de réalisme a été fatal à ses joueuses, dont il salue tout de même la performance.

Quel est votre sentiment après cette rencontre ?

C’est une très grande déception. L’objectif extérieur c’était se qualifier pour les Jeux Olympiques, mais entre nous on avait un pacte pour monter sur le podium, donc ce soir on est tous très frustrés. On ne peut s’en prendre qu’à nous-mêmes. On fait un très bon match, mais on n’a pas su mettre les occasions au fond. Le penalty de Claire Lavogez, c’est juste un fait de match. La responsabilité ne lui en revient pas. Ce qui est important, ce sont les deux-trois occasions qu’on rate.

Qu’avez-vous dit à vos joueuses après le match ?

Tout le monde dit qu’on a fait un grand match, qu’on s’est hissés au niveau de l’Allemagne, mais on a perdu. Je demande aux filles beaucoup de dignité, et de rebondir. Derrière on a les Jeux et un championnat d’Europe qui va arriver. On va bien se reposer, et il faut féliciter l’équipe d’Allemagne, qui a gagné avec son efficacité et sa puissance. Ce qui est important c’est de rassembler tout le monde dans le vestiaire, d’assumer ses responsabilités. C’est un groupe que j’ai choisi, on gagne ensemble, et quand on perd, c’est souvent moi qui ai perdu, et je suis désolé pour elles.

Ça commence à faire beaucoup dans le passif français face à l’Allemagne.

On va y arriver. Dans l’équipe que j’ai là, j’ai onze joueuses qui seront encore là au Mondial 2019. Ce qui est primordial, c’est d’apprendre que dominer n’est pas gagner, et vite apprendre les choses qui permettent de gagner les matches. J’ai beaucoup de peine pour ces filles-là. Il y en a certaines qui ratent un podium pour la deuxième ou troisième fois, et c’est difficile.

Ce manque d’efficacité est un problème récurrent chez les Bleues.

Ça a toujours été le problème de cette équipe. Quand vous jouez l’Allemagne et que vous avez trois ou quatre grosses occasions, il faut en mettre deux au fond pour tuer le match. On domine notre sujet mais on a gâché.

Quels sont les points négatifs et les points positifs de cette rencontre ?

Je n’ai pas aimé la défaite, parce que j’ai horreur de perdre. Tactiquement, on avait pas mal travaillé. On savait qu’il ne fallait pas relancer les ballons sur les côtés, qu’il ne fallait pas trop aller les chercher parce qu’elles n’attendaient que ça, et au final il y a énormément de regrets.

Pourquoi avoir sorti Elodie Thomis ?

Elle m’a demandé à sortir parce qu’elle commençait à avoir des crampes.

Que pensez-vous des décisions des arbitres, et notamment du penalty sifflé contre vous ?

Je n’ai pas l’habitude de parler d’arbitrage, j’ai beaucoup de respect pour les arbitres. Du banc, je suis mal placé pour juger, et je n’ai pas de commentaires à faire sur leurs jugements.

Comment avez-vous procédé pour choisir vos tireuses lors de la séance fatidique ?

Ce sont les joueuses qui ont demandé à tirer. Elles ont choisi leurs positions, elles assument ce qu’elles ont fait. On ne peut pas dire que c’est un penalty raté, c’est plus la gardienne qui a sauvé l’Allemagne.