RMC Sport

Bleus: Gignac jouera sa carte à fond pour l'Euro

-

- - -

Rappelé par Didier Deschamps pour les matches amicaux face à l’Allemagne (13 novembre) et en Angleterre (17 novembre), André-Pierre Gignac (21 sélections, 5 buts) compte bien jouer sa carte pour l’Euro 2016, malgré son exil au Mexique.

Ce n’était qu’un au revoir, mais soyons honnête, on ne s’attendait pas forcément à le revoir si vite. Ses débuts fracassants (12 buts en 19 matches) au Mexique avec les Tigres de Monterrey ont visiblement convaincu Didier Deschamps. Rappelé pour la réception de l’Allemagne (13 novembre) et le déplacement en Angleterre (17 novembre), l’ancien attaquant de l’OM (29 ans, 21 sélections, 5 buts) ouvre une nouvelle page de son histoire en bleu à laquelle il ne s’attendait pas vraiment. Même si le sélectionneur ne l’avait pas retiré de son radar en continuant à lui envoyer des pré-sélections.

« J’étais un peu surpris, raconte "APG". « Je dormais, je me suis réveillé pour aller à l’entraînement et j’ai vu que mon téléphone était saturé… » Gignac n’avait plus été appelé depuis la victoire face à la Suède (1-0) il y a un an. Heureux de sentir « l’odeur française, celle de Clairefontaine et de Paris, même si elle n’est pas très bonne », le natif de Martigues est passé en quelques heures du quasi-renoncement à l’espoir de participer à l’Euro 2016. « Dans ma tête, il y avait 95% de chances de faire une croix sur l’équipe de France, avoue ainsi Gignac. Maintenant, la cote est à 50 contre 1. C’est à moi de prouver sur le temps de jeu que le sélectionneur va me donner face aux deux grandes nations. »

« Valbuena-Benzema ? J’ai fait 10 000 km pour penser au sportif »

Les choix de Deschamps, et notamment le cas d’un Mathieu Valbuena parti un temps exercer ses talents en Russie et toujours appelé, prouvent que le sélectionneur n’est pas influencé par les fuseaux horaires. Gignac peut vanter le très « attractif et passionnant » championnat mexicain, sa sélection répond aussi à une conjoncture particulière, marquée le début de saison timide d’Alexandre Lacazette et bien sûr le marasme de la « sextape » de Mathieu Valbuena, dans lequel est englué Karim Benzema.

Invité à réagir ce mardi en conférence de presse à l’affaire qui secoue le football français, André-Pierre Gignac a sagement suivi les appels à la discrétion de Didier Deschamps. « Je vais me préoccuper de mon cas d’abord, a commenté le joueur. La justice se préoccupera des cas des garçons. J’ai fait 10 000 km pour penser sportif et pas à l’extra-sportif. » A son crédit, s’il passe trois buts à Manuel Neuer vendredi, ses chances de voir l’Euro ne seront plus vraiment liées à l’interprétation qu’aura la justice de la fameuse discussion entre « Benz » et « Petit Vélo » le 5 octobre dernier.

la rédaction