RMC Sport

Coronavirus: le staff des Bleus assume pour Mandanda et dédouane l’OM

Le staff de l’équipe de France s’est expliqué ce vendredi sur le départ du gardien de l’OM Steve Mandanda, après un nouveau test positif au Covid-19. Il ne rejette pas la responsabilité de cet imbroglio sur le club phocéen et de son staff médical.

La fin de l’affaire Steve Mandanda? Jeudi, le gardien numéro 2 des Bleus a été contraint de quitter prématurément Clairefontaine à cause de deux tests PCR positifs au Covid-19 imposés par l’UEFA avant le premier match de Ligue des Nations ce samedi en Suède. Un départ troublant puisque le gardien de l’OM, testé positif le 16 août puis placé en quatorzaine, était considéré comme guéri, retrouvant sa place dans les buts marseillais dimanche dernier à Brest (2-3). Comment a-t-il pu être à nouveau testé positif? Et à qui la faute?

Ce vendredi, après les révélations sur des tensions avec le staff médical de l’OM, le staff des Bleus a tenu à réagir dans un communiqué. Objectif, dédouaner le club olympien de toute responsabilité: "La Fédération Française de Football tient à préciser que ni elle, ni le staff de la sélection ne remettent en cause le sérieux et la probité des dirigeants de l’Olympique de Marseille et de son staff médical. De façon à dissiper tout malentendu, la FFF indique que l’Olympique de Marseille a fourni aux services de la Fédération, en temps et en heure, les documents médicaux nécessaires à la convocation de Steve Mandanda pour les matches contre la Suède et la Croatie."

Un dossier médical envoyé à l'UEFA avec trois jours de retard

La FFF reconnait, en revanche, que le comité médical de l’UEFA n’a pas reçu le dossier complet "dans les délais impartis". Le protocole de l’instance européenne prévoit que chaque fédération envoie les dossiers médicaux de tous les joueurs huit jours avant chaque match international. Huit jours avant Suède-France, c’était donc vendredi 28 août. Or vendredi dernier, Steve Mandanda terminait son isolement avant un ultime test, le lendemain, qui s’est révélé négatif lui permettant de jouer à Brest dimanche.

Vu la situation de Mandanda, la FFF a préféré attendre le début de semaine pour envoyer son dossier médical. Selon une source au sein de l’instance européenne, le dossier a été reçu lundi, soit avec trois jours de retard sur le protocole. Du coup, l’UEFA, compte tenu de ce retard d’envoi, a placé le gardien de but dans le groupe des joueurs à tester à Clairefontaine, alors que, dans l’absolu, le fait qu’il ait eu le Covid lui aurait permis d’éviter ce test.

La FFF agacée par le manque de souplesse de l'UEFA

Les préleveurs de l’UEFA ont testé Mandanda qui s’est retrouvé positif. Impossible donc pour l’instance européenne de le laisser voyager et jouer en Suède. Au sein de l’instance fédérale, on se montre assez agacé du peu de compréhension de l’UEFA sur ce cas particulier et du peu de souplesse de la cellule médicale de l’UEFA. Du côté de l’OM, on déplorait que la FFF n’ait pas informé l’instance européenne en temps et en heure que le joueur avait été infecté.

Malgré tout, comment Steve Mandanda, négatif le samedi et qui joue un match de L1 le dimanche, peut-il se retrouver positif à Clairefontaine quelques jours plus tard? La FFF avance des "traces résiduelles sans que cela ne puisse "être considéré comme une réinfection ou une persistance virale." "Steve Mandanda ne doit donc pas être considéré comme malade ou contagieux, indique le staff des Bleus. Il s’est d’ailleurs entraîné normalement avec l’équipe de France à Clairefontaine."

Pour Robert Sebbag, médecin infectiologue à la Pitié-Salpétrière, "quand Steve Mandanda a été testé - négativement - par l’Olympique de Marseille en amont de la rencontre face à Brest, il est fort possible qu’il avait encore du virus, mais plus au niveau nasopharyngé. Il était sûrement descendu au niveau pulmonaire, c’est la raison pour laquelle l’examen, réalisé au niveau nasal, n’a rien révélé. Il n’était donc pas détectable. Il n’était donc pas détectable. A la suite de son infection, il est probable que le corps n’ait pas rejeté totalement le virus. Sans test sérologique, il est difficile de l’assurer, mais cela semble être le cas."

ABr avec LB