RMC Sport

Danemark-France: les coulisses de la défaite des Bleus

Malmenés et décevants à Copenhague, les Bleus ont perdu dimanche soir, face au Danemark en Ligue des nations (2-0), leur dernier match avant la Coupe du monde. De quoi, forcément, installer le doute dans certains esprits. RMC Sport vous plonge dans les coulisses de cette rencontre.

UBS (Upamecano-Badiashile-Saliba), la surprise de Deschamps

Après la rencontre aboutie contre l’Autriche, soldée par une victoire 2-0 jeudi dernier, une équipe de France remaniée était attendue contre le Danemark. Mais peu imaginaient un turnover dans de telles proportions... Cinq changements, une défense inédite avec Dayot Upamecano, Benoit Badiashile et William Saliba, Raphaël Varane sur le banc, Eduardo Camavinga au milieu et surtout Olivier Giroud en attaque avec Kylian Mbappé.

L'attaquant de l'AC Milan, deuxième meilleur buteur de l’histoire des Bleus, était en effet annoncé sur le banc par la presse. Mais il se sentait apte à enchaîner, et la décision de l'aligner a été prise après discussion avec Didier Deschamps. Giroud a découvert le onze de départ, comme le reste du groupe, lors de la causerie à l’hôtel, aux alentours de 18 heures. Le sélectionneur a dans le même timing organisé une séance vidéo pour expliquer ce qu’il attendait de ses joueurs. Force est de constater, après les 45 premières minutes au Parken Stadium, que le message n’a pas été entendu.

La défense tricolore a trop souffert, la fluidité des enchainements aperçus jeudi dernier a disparu et les pertes de balles au milieu ont empêché la construction. William Saliba et Eduardo Camavinga, peu en vue, ont cédé leur place à la pause. Le score, lui, ne bougera plus.

Une opportunité manquée

Après la rencontre, Didier Deschamps n’a pas mâché ses mots dans le vestiaire. "Les Danois nous ont donné une leçon dans les duels", a-t-il lancé à ses hommes, en leur demandant de prendre soin d'eux durant les prochaines semaines, et en ajoutant... qu'il ne fera pas que des heureux en novembre en dévoilant sa liste. Devant lui, les têtes sont basses. Même si chez les cadres, on encaisse mieux la défaite. Une majorité de l'effectif quitte rapidement les lieux. "Ils arrivent, les autres", glisse Kylian Mbappé, sans s’arrêter, aux journalistes présents en zone mixte.

Antoine Griezmann et Aurélien Tchouaméni se présentent face aux caméras. Jusqu’à l’aéroport, c’est ensuite silence radio. Les premières discussions arrivent dans l’avion. Avant que l'appareil ne décolle, certains échangent des messages avec leurs proches. Ceux qui sont passés à côté sont forcément déçus. Dayot Upamecano ou Eduardo Camavinga se demandent si cette prestation leur fermera définitivement la porte du Mondial. William Saliba est passablement irrité mais connait son potentiel et garde confiance. Youssouf Fofana et Benoit Badiashile sont relativement satisfaits de leurs premiers pas avec les Bleus. L’avion a atterri dans la nuit à Paris.

Le bilan de ce rassemblement sera fait par Didier Deschamps et son équipe mais un membre du staff glisse avec le sourire: "Vivement le retour des blessés". C’est le sentiment qui dominait ce dimanche soir à Copenhague. Comme dans toutes les équipes, certains joueurs sont indispensables...

FH et AP