RMC Sport

Deschamps: "Chez nos amis turcs, ça va être chaud bouillant"

Après la victoire de l’équipe de France face à l’Islande ce lundi (4-0), Didier Deschamps s’est tourné vers le prochain rendez-vous dans les qualifications pour l’Euro 2020. Un déplacement en Turquie, co-leader du groupe H avec les Bleus, le 8 juin.

Didier Deschamps, comment jugez-vous cette victoire contre l'Islande ?

On avait un adversaire avec plus de répondant, avec de la densité athlétique. Ce n'est jamais évident pour trouver les solutions. On a eu le ballon comme c'était prévisible. On l'a plutôt très bien utilisé avec de bons enchaînements. Les trois joueurs offensifs ont marqué, il y avait beaucoup de fluidité. Les joueurs ont pris beaucoup de plaisir. Evidemment, c'était notre objectif de prendre ces six points. On a mis la manière aussi, ce mois de mars est très positif pour nous.

Troisième meilleur buteur des Bleus, Olivier Giroud dépasse David Trezeguet avec son 35e but. Est-ce important ?

Sur un plan personnel, c'est une grande fierté pour lui. Il a un temps de jeu réduit avec son club, même s'il a été très efficace en Europa League avec neuf buts. Sur les deux matches, il met un but à chaque fois, dans son registre, différent des autres joueurs offensifs. Cela amène de la complémentarité.

Comment avez-vous trouvé Mbappé, qui semblait énervé en Moldavie ?

C'est votre analyse, je n'ai pas du tout la même. Il n'y a pas de problème avec lui ou les autres. (...) Les joueurs ne sont pas des "béni-oui-oui". Il y a du caractère mais aucun problème relationnel avec qui que ce soit. Il y a cette envie de faire l'effort pour le partenaire.

Y-a-t-il des points négatifs ce soir ?

On peut toujours faire mieux mais c'est difficile de trouver des points négatifs. On peut être fiers de ce qu'on a fait. Les joueurs ont pris énormément de plaisir, le public aussi, devant la télé aussi. On a six points. Il ne faut pas penser que ça y est, on est qualifié. Déjà le prochain match, chez nos amis turcs, ça va être chaud bouillant. Mais on a ces six points, on est sur notre tableau de marche.

Pensez-vous déjà à la Turquie ? Rappellerez-vous certains joueurs blessés aujourd'hui ?

Je ne sais pas ce qui se passera d'ici juin. Ce n'est jamais une période vraiment bonne pour l'équipe de France. Ça vient en fin de saison, alors que les saisons sont déjà longues. On sait ce qui nous attend en Turquie. Puis Andorre, trois jours après, sur un terrain (synthétique)... si je peux appeler ça un terrain. Il y aura un amical avant à Nantes (2 juin). On aura un rassemblement un peu plus long avec un rendez-vous important en Turquie.