RMC Sport

Deschamps : « Les Bleus ont bien la tête sur les épaules »

Didier Deschamps

Didier Deschamps - -

Au lendemain de la victoire contre le Nigeria (2-0) en huitièmes de finale du Mondial et à trois jours du choc contre l’Allemagne en quarts, Didier Deschamps a passé en revue plusieurs points chauds de l’actualité des Bleus en conférence de presse.

Sur l'Allemagne

Les Allemands sont-ils favoris face à la France ? Le sélectionneur tricolore préfère jouer la carte de la modestie. « L’adversité va s’élever contre l’Allemagne. Les résultats des Allemands sont meilleurs que les nôtres. Ils ont fait deux demi-finales d’affilée en Coupe du monde. Ils nous ont fait mal en match amical en 2013 (1-2 au Stade de France, ndlr). Mais ça sera une autre confrontation. Cette équipe est habituée au très haut niveau collectivement et individuellement. Les joueurs jouent dans des grands clubs comme le Bayern Munich. Sur la forme du moment, l’Allemagne fait partie des favoris aussi. Je n’ai pas vu le match d’hier et on était souvent à l’entrainement pour leurs matches de poules. Je vais m’y atteler après l’entrainement et demain, même si je connais l’équipe qui a débuté. »

Sur la préparation pour ce match

« On a un jour de moins pour se reposer certes, avec le même horaire, donc on ne va pas changer nos journées. Si vous regardez, l’Allemagne a joué deux fois à 13h (heure locale) dans ses phases de poules donc ils sont plus habitués. Ils ont quatre jours pour récupérer. Nous, c’était la première fois. On va rester sur ces horaires jusqu’à vendredi pour les entraînements. Pour nous les Européens, c’est rare de jouer à cet horaire. C’est une configuration différente, certes, mais ça ne va pas changer grand-chose à notre préparation... si ce n’est qu’on est en quarts de finale et qu’on fait partie des huit meilleures équipes de la planète. Les joueurs n’ont pas vu le match contre l’Algérie car on était dans l’avion. Le match tournera en boucle dans l’hôtel et il y aura des séances vidéo individuelles. »

Sur les capacités d'un groupe jeune

« J’ai un groupe capable d’évoluer à haute intensité et de la maintenir. Certains joueurs ont de très bonnes données sur le plan athlétique. Il y a de l’insouciance mais aussi beaucoup de qualité. Il y a une jeune génération au gros potentiel, qui demande à s’affirmer. Il y a de la fraicheur et de l'insouciance mais ils ont la tête bien sur les épaules. Il y a de la bonne matière pour travailler. »

Sur Karim Benzema

« Ça peut marcher (sur le côté gauche, ndlr). Tout dépend de ce que fait l’adversaire. Si on a le ballon, ça ne pose pas de problème. Mais si on ne l’a pas, il faut faire plus d'efforts. Je sais depuis longtemps qu’il préfère jouer dans l’axe. Ça dépend de l’adversaire, c’est une option de jeu. Il peut aussi jouer avec Olivier Giroud. Ils l’ont déjà bien fait. Ça dépend de la configuration du match et l’adversaire. J'ai d'autres options, comme Antoine (Griezmann), qui n'a pas le même profil. Ce sont des choix, je peux en changer en cours de match. »

Sur la chance des Bleus

« J’ai eu des statistiques beaucoup moins bonnes avant. On peut ne pas prendre de buts sur certains matches. Des décisions sont prises mais parfois, on a un manque de chance avec l’arbitrage aussi. Il y a des faits de jeu, on n’est pas toujours favorisés. Si j’étais nigérian, je dirais peut-être l’inverse, mais ça n’influe pas sur nos performances. Il faut aussi de la chance, mais on doit aller la chercher car les matches de haut niveau basculent sur des détails. »

A voir aussi :

>> Ce sera France-Allemagne !

>> Les Bleus forcent les portes des quarts

>> La classe mondiale selon Pogba

La rédaction