RMC Sport

Deschamps : « On a besoin de folie »

Didier Deschamps

Didier Deschamps - -

Séduit par la prestation de l’équipe de France contre l’Australie (6-0), Didier Deschamps espère que ses joueurs adopteront le même état d’esprit mardi contre la Finlande, à l’occasion du dernier match des qualifications pour la Coupe du monde.

Une 3e victoire d'affilée ?

« Pour la confiance et l’environnement, c’est bien d’avoir plus de sérénité. Mais cela ne va rien nous garantir. Il faudra surtout être présent lors des deux matches qui nous attendent au mois de novembre (les barrages, ndlr). Les aborder avec un capital confiance et des repères, c’est mieux. »

Le même état d'esprit que contre l'Australie

« Oui, on a besoin de ça. Au-delà des qualités individuelles et du collectif, on a besoin de cette folie, de mettre du rythme, de l’enthousiasme… On passe par là pour emballer les matches et provoquer les fautes de l’adversaire. Je tiens à ça. »

Les Bleus directement qualifiés ?

« Quand je prépare un match de l’équipe de France, je prépare mon équipe pour le gagner. Et quand on le gagne, on essaie de marquer le plus de buts possibles. Après, il faut être aussi réaliste. Il reste une chance sur… je ne sais pas combien. Chacun aura sa propre évaluation. Aujourd’hui, il y a une forte probabilité pour qu’on passe par les barrages. Les Espagnols ont leur destin entre leurs pieds. Ça ne dépend pas de nous. Le plus important, c’est de gagner notre match. »

La Finlande, plus faible que l'Australie ?

« Elle est un peu derrière au classement Fifa. Mais au match aller, chez elle, elle nous avait fait souffrir (victoire des Bleus 1-0). Son dernier match en Géorgie (victoire 1-0) a été de très bonne qualité. On aura une adversité certainement plus forte demain (mardi). Ils se préparent depuis dix jours pour ce match. Ils n’ont rien à perdre. Ils ne vont pas venir pour faire une ballade. Ils ont des joueurs de qualité. »

Quel adversaire idéal en barrages ?

« Sur le papier, on peut toujours dire qu’il faut éviter telle ou telle équipe. De toute façon, les quatre têtes de série sont devant nous au classement Fifa. Cela signifie qu’elles ont obtenu de bons résultats. Il y a des équipes avec des profils différents. Certaines bénéficient de l’influence d’un grand joueur. C’est le cas du Portugal avec Cristiano Ronaldo et de la Suède avec Zlatan Ibrahimovic. On connait peut-être un peu moins les autres, mais il y a aussi un collectif et des joueurs importants aussi. »

A lire aussi :

Fernandez : « Ribéry est le dépositaire du jeu »

Giroud marque des points, Benzema un but

France-Australie : Les notes des Bleus

Propos recueillis par Jérôme Sillon