RMC Sport

Election à la FFF: Fernandez soutient Thiriez et déplore le traitement actuel du foot amateur

Invité de l'After Foot ce jeudi soir sur RMC, l'ancien international Luis Fernandez a apporté son soutien à Frédéric Thiriez dans la course à la présidence de la FFF. L'ex-entraîneur du PSG dénonce - entre autres - le traitement des clubs amateurs par Noël Le Graët.

Sans surprise, Noël Le Graët a annoncé ce jeudi sa candidature à sa propre succession, avant l'élection pour la présidence de la FFF prévue le 13 mars prochain. L'actuel patron du foot français fera donc face à l'entrepreneur Michel Moulin, et à l'ancien président de la LFP Frédéric Thiriez. Un Thiriez qui peut désormais compter sur le soutien... de Luis Fernandez, ex-international français et ex-coach du PSG.

"Je n’ai jamais fracassé Thiriez, ne dites pas ça, a-t-il expliqué ce jeudi soir dans l'After Foot, sur RMC. Vous pouvez sortir tout ce que vous voulez, moi mon problème c’était plutôt M. Le Graët par rapport aux bénévoles. Il faut penser à tous ces gens, au travail qu’ils font au quotidien. M.Thiriez, il fait le tour des clubs, il va en Bretagne, dans le Nord, il va parler aux acteurs du football sur le terrain. Moi ce que je veux, c’est que des anciens dans chaque région puissent accompagner les clubs, le foot amateur, et je veux aussi que des anciens comme moi puissent intervenir dans les écoles."

"Ce qu'on veut nous, c'est aider le football d'en bas"

Et Fernandez de dénoncer une sorte de clientélisme en place avant l'élection. "Il (Le Graët) a emmené les dirigeants qui votent en voyage, il s'est bien occupé d'eux, tacle-t-il. C'est ça, les valeurs du football? C'est ça que vous cautionnez? Moi je dénonce tout ça. (...) Ce qu'on veut nous, c'est aider le football d'en bas, pas les professionnels qui gagnent très bien leur vie."

En outre, le champion d'Europe 1984 déplore l'arrêt brutal des compétitions amateurs au moment de la première vague de coronavirus, puis encore cet automne. Tout autant que le changement de format de la Coupe de France.

"La Coupe de France, normalement c’est les clubs amateurs, lance-t-il. Là ce n’est pas pareil. (...) Moi j’ai eu un président de club amateur il y a quelque temps qui m’a dit: 'la Fédération nous a promis qu’on allait toucher quelque chose'. Ils n’ont rien touché. Il faut arrêter de mentir."

CC