RMC Sport

Equipe de France: aux origines de la brouille Deschamps-Cantona

Team Duga a consacré une heure de son émission à Eric Cantona, jeudi. L'occasion d'évoquer l'origine des relations très conflictuelles avec Didier Deschamps, notamment en équipe de France.

Ce n'est pas un secret: Eric Cantona et Didier Deschamps ne s'apprécient pas. Le sélectionneur a même porté plainte contre l'ancien attaquant de Manchester United pour diffamation après avoir été accusé de racisme par son ancien coéquipier en équipe de France. Leur histoire commune remonte à leur époque de joueurs et à une vraie incompatibilité de caractères.

"Dans la tête de Canto, s'il n'a pas fait l'Euro 96, c'est parce que Deschamps ne voulait pas de lui" 

"C'est un problème de caractère, abonde Christophe Dugarry dans Team Duga, jeudi. Ils n'ont pas du tout la même vision du monde, de l'humain et du foot. Canto déteste l'injustice. Dans sa tête, s'il n'a pas fait l'Euro 96, c'est parce que Deschamps ne voulait pas de lui. Il y a plein de choses. Cantona reprochait certainement à Didier Deschamps de ne pas être suffisamment droit, de la même manière que Deschamps pensaient à certains aspects comme celui de protéger le collectif."

"Je pense que Canto reproche peut-être à Deschamps d'avoir été trop intervenant, trop politique, explique Lionel Charbonnier, qui a joué avec les deux joueurs. Personnellement, je suis incapable de dire si "DD" été intervenant pour la venue de Canto en équipe de France. Je n'en ai jamais entendu parler et ça ne me regarde pas. C'est peut-être cette politique que Canto reproche."

"Canto, c'est un mec droit... dans sa droiture à lui, poursuit l'ancien gardien. Ce sont ses propres règles. Elles peuvent ne pas correspondre aux tiennes mais ce sont les siennes qui comptent. C'est là où Canto peut être déstabilisant dans un groupe, surtout quand tu restes confiné (dans un regroupement pour préparer l'Euro, ndlr). Dans un groupe, quand il faut la fermer, tu la fermes. Mais Canto, non! Si ça ne va pas dans ses règles, il ne supporte pas et pète un câble devant tout le monde."

"Il n'y avait pas de calcul derrière, conclut Dugarry. C'était plus un trait de caractère. Il n'y avait pas de manipulation, ni de manigance derrière."