RMC Sport

Équipe de France: comment les Bleus peuvent-ils se renouveler en vue du Mondial 2022

L’équipe de France a vécu une énorme désillusion en sortant dès les 8es de finale de l’Euro 2021, lundi à Bucarest, après une défaite épique face à la Suisse (3-3, 5 tab à 4). Les Bleus ont maintenant un an et demi pour se remobiliser avant la Coupe du monde au Qatar. Avec quelles possibilités de changement?

Deschamps, la fin d’un cycle?

Voilà neuf ans que Didier Deschamps a pris en main la destinée des Bleus. Avec un succès certain. Mais après la finale de l’Euro 2016 et le sacre au Mondial 2018, l’élimination face à la Suisse représente un vrai coup d’arrêt. Et cette sortie de route dès les 8es de finale de l’Euro 2021 (3-3, 5 tab à 4) pourrait peser sur l’avenir du sélectionneur de l’équipe de France. Pour l’instant, DD est sous contrat jusqu’à la fin de la Coupe du monde 2022, prévue au Qatar (du 21 novembre au 18 décembre). Mais à 52 ans, il ressent peut-être une certaine usure. Son impact sur les Bleus a semblé moins important ces dernières semaines. Ses choix tactiques, ses hésitations et ses changements ont plus perturbé ses joueurs qu’autre chose.

>> Euro 2021: les infos en direct

Au final, les champions du monde sont complétement passés à côté de leur sujet. Mais cette fois, il n’y a pas que le plan de jeu qui est à revoir. La mentalité non plus n’a pas été au rendez-vous. De quoi s’interroger sur la capacité de Deschamps à remobiliser un groupe qui vient de tomber de très haut. Et qui, sans doute, s’est vu un peu trop beau. S’il décide de pousser jusqu’au Qatar, l’ancien capitaine de 1998 prendra le risque d’écorner son bilan, en cas de nouvelle déconvenue dans un an et demi. Noël Le Graët et la FFF ont évidemment leur mot à dire à ce sujet. A l’heure où Zinédine Zidane est libre de tout engagement, c'est peut-être le bon moment pour changer. En laissant Deschamps partir avec toute la reconnaissance qu’il mérite. Pour mieux ouvrir un nouveau chapitre.

Un système tactique à trouver

Cet Euro a été celui des expérimentations pour l’équipe de France. A la recherche de la bonne formule, Deschamps a tenté quatre systèmes différents en quatre matchs. Après avoir aligné un 4-3-3 en Allemagne (1-0), le sélectionneur des Bleus a proposé un 4-3-1-2 en Hongrie (1-1), un 4-2-3-1 contre le Portugal (2-2) et un 3-4-1-2 face à la Suisse (3-3, 5 tab à 4). Et forcément, ses joueurs ont semblé parfois perdus. D’autant que certains d’entre eux ont été alignés à des postes inhabituels, à l’image de Jules Koundé et Corentin Tolisso, appelés à former un improbable couloir droit contre les Portugais. Alors qu’ils avaient l’habitude d’évoluer ensemble depuis plusieurs mois, Raphaël Varane et Presnel Kimpembe ont dû faire de la place à Clément Lenglet contre la Suisse. Pour composer une défense à trois qui n’a pas du tout fonctionné.

Dans ce contexte instable, l’équipe de France n’a jamais réussi à trouver ses marques. Sans un plan de jeu fixe, travaillé et intégré, les partenaires de Kylian Mbappé ont cruellement manqué de repères. Et la qualité de leurs prestations s’en est ressentie. Le défi sera désormais d’installer un schéma type (et de s’y tenir un minimum) afin d’arriver au Qatar avec plus de certitudes fin 2022.

Des anciens proches de la sortie

D’une grande compétition à l’autre, il y a toujours un certain renouvellement en équipe nationale. Mais celui des Bleus ne devrait pas être spectaculaire. Le groupe des 26 convoqués cet été par Deschamps est relativement jeune. Même si certains pourraient payer leurs mauvaises performances durant l’Euro 2021, la plupart devraient encore être présents à la prochaine Coupe du monde. A l’exception de quelques cadres, qui semblent arriver au bout de leur aventure en sélection. C’est le cas de Steve Mandanda. A 36 ans, le portier de l’OM pourrait décider de mettre fin à sa carrière internationale. "Il y a de grandes chances que l’Euro soit ma dernière compétition internationale. Mais je n’aime pas être catégorique", avait déclaré la doublure d’Hugo Lloris en avril dernier.

Alors qu’il fêtera ses 35 ans dans trois mois, Olivier Giroud paraît lui aussi en fin de parcours chez les Bleus. Dans l’ombre de Karim Benzema, qui a réussi son retour avec quatre buts en quatre matchs, l’attaquant de Chelsea n’est pas certain de faire le voyage au Qatar. Surtout si Deschamps n’est plus là. Un constat qui vaut également pour Moussa Sissoko. Même si le milieu de terrain de Tottenham n’aura que 32 ans en août, sa présence en sélection semble en partie liée à celle de son sélectionneur.

De nouveaux visages à intégrer

Puisque ce groupe des 26 a déçu, il faudra peut-être le renouveler. Au moins en partie. Dans ce cadre, certains pourraient en profiter pour revenir à l’image d’Anthony Martial (Manchester United), Ferland Mendy (Real Madrid), Benjamin Mendy (Manchester City), Jonathan Ikoné (Lille), Houssem Aouar (OL), Nabil Fekir (Betis Séville), Dayot Upamecano (Bayern Munich), Tanguy Ndombélé (Tottenham) ou Eduardo Camavinga (Stade Rennais). Mais de nouveaux visages sont susceptibles de faire leur apparition en équipe de France. A commencer par le défenseur central Ibrahima Konaté (22 ans), qui vient de signer à Liverpool ou Théo Hernandez, le petit frère de Lucas (23 ans), séduisant avec l’AC Milan au poste de latéral gauche. Nordi Mukiele (Leipzig) et Bouna Sarr (Bayern Munich) pourraient aussi être essayés à droite de la défense.

Des jeunes comme Wesley Fofana (Leicester), Benoit Badiashile (Monaco), William Saliba (Arsenal), Colin Dagba (PSG), Boubakary Soumaré (Lille), Aurélien Tchouaméni (Monaco), Maxence Caqueret (OL), Amine Gouiri (Nice), Randal Kolo Muani (Nantes), Moussa Diaby (Leverkusen) ou Odsonne Edouard (Celtic Glasgow) pourraient également candidater, s’ils montent en puissance dans les prochains mois.

Sans oublier Jules Koundé, qui aura peut-être une carte à jouer en défense centrale (à son vrai poste), malgré un dépannage difficile en tant que latéral droit durant l’Euro 2021. Chez les gardiens, le possible départ de Mandanda pourrait ouvrir la porte à Ilan Meslier (Leeds), Alban Lafont (Nantes), Paul Bernardoni (Angers) ou Gautier Larsonneur (Brest). A moins d’un retour d’Alphonse Areola (en partance du PSG) ou de Benjamin Lecomte (Monaco).

https://twitter.com/AlexJaquin Alexandre Jaquin Journaliste RMC Sport