RMC Sport

Équipe de France: en partant à Miami, Matuidi renonce-t-il aux Bleus?

Blaise Matuidi est en passe de quitter la Juventus pour s’engager avec l’Inter Miami aux Etats-Unis. A 33 ans, le champion du monde va s’offrir un exil ensoleillé au sein de la franchise présidée par David Beckham. Mais ce choix lui permettra-t-il de conserver sa place chez les Bleus, à moins d’un an de l’Euro?

C’est un choix de vie. Pour lui et sa famille. Pour quitter le foot européen par la grande porte. Pour ne pas laisser filer cette invitation à poser ses valises sous le soleil de Floride. Après avoir pesé le pour et le contre, Blaise Matuidi a choisi de traverser l’Atlantique. Dès cet été. Le milieu de terrain de la Juventus s’apprête à s’engager avec l’Inter Miami. L’ancien joueur du PSG devrait parapher un contrat de trois ans avec le club américain. Et marcher sur les traces de ces Français qui se sont laissés tenter par l’aventure US, à l’image de Thierry Henry, Youri Djorkaeff, Mikaël Silvestre ou Bacary Sagna.

Une opportunité derrière laquelle se cache évidemment David Beckham, président et co-propriétaire du Club Internacional de Futbol Miami (son nom complet). Les deux hommes ont partagé le même vestiaire à Paris début 2013. Sept ans plus tard, la star anglaise a su trouver les mots pour convaincre le champion du monde 2018 de rallier le sud-est des Etats-Unis. Matuidi sera la première grande recrue de la franchise, créée il y a deux ans et acceptée en Major League Soccer depuis cette année.

Le risque de disparaître des radars

A 33 ans, l’aventure s’annonce excitante, entre le cadre de vie idyllique et la perspective d’aider un club à se construire. Mais ce choix pourrait avoir un impact sur son avenir international. En s’éloignant du très haut niveau, celui qui était encore sous contrat avec la Juventus jusqu’en 2021, prend le risque de disparaître un peu des radars. A moins d’un an de l’Euro, reporté à l’été prochain. Le maillot des Herons est forcément moins observé que celui de la Vieille Dame. Et la MLS n’est en rien comparable à la Serie A, même si certaines équipes développent un football de bon niveau.

Pour ses grands débuts dans la Ligue, l’Inter Miami a enchaîné cinq défaites en cinq matchs en début d’année. Avant que la saison ne soit interrompue en mars, en raison de la pandémie de coronavirus. Après un tournoi de reprise, organisé dans la bulle de Disney World à Orlando (là où se déroule également la fin de saison NBA), le championnat va redémarrer en cette fin de semaine. Entre clubs américains uniquement, dans un premier temps (les trois franchises canadiennes devront patienter un peu en raison des restrictions de déplacement). Matuidi pourra donc se replonger rapidement dans la compétition.

Le précédent Gignac

Reste à savoir ce qu’en pense Didier Deschamps. L’un des tauliers de l’équipe de France a probablement échangé avec son sélectionneur avant d’entériner sa décision. Pour avoir toutes les cartes en main. Dans le passé, Deschamps n’a pas hésité à convoquer André-Pierre Gignac lorsqu’il flambait sous le maillot des Tigres au Mexique.

Au point de l’inclure dans sa liste de 23 pour l’Euro 2016, lors duquel Gignac touchera le poteau lors de la finale perdue face au Portugal (1-0, ap). De quoi donner de l'espoir à Matuidi, dont le comportement et l’investissement ont toujours été exemplaires à Clairefontaine. Sans parler de son influence dans le vestiaire et de ses relations fraternelles avec ses partenaires. Jusqu’à ce que lui ou Deschamps n’affirment le contraire, rien ne permet de dire que sa carrière internationale échouera sur les larges plages de Miami Beach. Pour l'instant, en tout cas.

dossier :

David Beckham

https://twitter.com/AlexJaquin Alexandre Jaquin Rédacteur