RMC Sport

Euro 2016 : Jallet et Digne, les doublures heureuses

-

- - -

Ils appartenaient à la catégorie des « peut-être » avant que Didier Deschamps ne dévoile sa liste des 23 joueurs retenus pour l’Euro 2016. Christophe Jallet et Lucas Digne seront bien dans le groupe. Voués à jouer les doublures, ils n’en clamaient pas moins leur immense bonheur après avoir appris leur convocation.

Installé dans son canapé devant sa télévision chez lui à Rome, Lucas Digne a failli rater le moment fatidique. « J’attendais mon ami Diego, j’ai dû courir pour aller le chercher parce c’est très compliqué d’arriver chez moi, s’amusait Lucas Digne au micro de RMC. C’est quelque chose de fabuleux. J’ai la chance de représenter mon pays dans mon pays. C’est une belle surprise. Je savais que j’avais fait une bonne saison. J’espérais être appelé. »

Voué à jouer les doublures, voire à tripler le poste d’arrière-gauche si Didier Deschamps décide de décaler Jérémy Mathieu en cas de défection de Patrice Evra, Lucas Digne fait partie de ceux que l’on ne devrait pas beaucoup voir sur le terrain. Il n’en a cure. A 22 ans, le défenseur de la Roma (12 sélections) représente l’avenir. On peut associer à un profil comme le sien l’axiome défendu par Didier Deschamps au sujet des huit réservistes appelés, autrement dit prendre des jeunes pour leur permettre d’acquérir de l’expérience.

Jallet : « Les larmes ont pris le dessus »

Pour Christophe Jallet, l’histoire est un peu différente. A 32 ans, il participera à sa première grande compétition internationale. A la faveur, peut-être, du forfait de Mathieu Debuchy. « Cette blessure de Debuchy ne m’a pas rendu certain de ma participation. Je me suis dit que j’avais plus de chances d’y aller, réagissait le latéral lyonnais, toujours au micro de RMC. J’étais tranquille à la maison, on attend et les larmes ont pris le dessus. La pression est retombée d’un coup. J’ai vécu plus petit la Coupe du Monde 1998. Alors de pouvoir vivre cet événement de l’intérieur, gagner cet Euro, ce serait quelque chose d’indéfinissable. »

La suite de sa réaction témoigne de ce qu’il pourra apporter à l’Euro. Le rôle de coéquipier modèle, solidaire. « Le retour au premier plan de l’OL, ça été un facteur important dans ma sélection. Evidemment, le retour du grand Alex (Lacazette, ndlr), c’est aussi grâce à lui que j’en suis là, expliquait Jallet. Je suis très triste pour lui. Il a marqué plein de points pour l’équipe de France dans les années qui viennent comme Samuel (Umtiti, ndlr), ça c’est sûr. » Avec ces deux-là, Didier Deschamps n’a peut-être privilégié l’aspect sportif mais une certaine idée du collectif. Et eux aussi auront leur rôle à jouer.

la rédaction