RMC Sport

Euro Espoirs: sans Diallo, un leadership dilué chez les Bleuets

Privé d'Abdou Diallo pour l'Euro Espoirs, qui débutera mardi pour les Bleuets avec un choc face à l'Angleterre (21h), Sylvain Ripoll a décidé de confier le brassard à Lucas Tousart. Mais plusieurs joueurs ont fait remonter un manque de communication dans le groupe. Et un manque de leadership, sur et en dehors du terrain.

Pas facile de se passer de son capitaine juste avant une grande compétition. Sylvain Ripoll, qui n’a pas pu compter sur Abdou Diallo (à cause d’une opération chirurgicale non liée au sportif) pour l’Euro Espoirs (premier match mardi face à l’Angleterre pour les Bleuets, 21h), a décidé de faire confiance au numéro deux dans la hiérarchie: Lucas Tousart. Sauf que le milieu de terrain n’a pas les mêmes facilités et la même place dans le groupe. "Abdou avait une place très importante, c’était celui qui communiquait beaucoup, qui faisait passer les messages", explique Paul Bernardoni. Depuis le début du rassemblement, les relais du sélectionneur sont plus nombreux. "C’est plus partagé, poursuit le gardien. Il y a "Lulu" qui est capitaine, sans discussion, mais il y a aussi Moussa (Dembélé), Moussa (Niakhaté) et moi-même qui servent de relais."

Après la défaite face à l’Autriche (1-3), en match de préparation, plusieurs joueurs ont fait remonter un manque de communication dans le groupe. Et un manque de leadership, sur et en dehors du terrain. Y-a-t-il un doute sur les capacités de Tousart à endosser ce rôle? Pas du côté de Ripoll en tout cas: "Lucas a récupéré le brassard, mais c’était déjà un brassard qu’il avait partagé avec Adbou durant ces deux années de qualification. Il était déjà capitaine de la génération U19 championne d’Europe." Avant tout de même d’avouer que Tousart n’est pas un "gueulard", pas un joueur qui va prendre la parole facilement dans le vestiaire: "C’est plus un capitaine dans l’exemplarité, dans l’attitude, dans l’investissement, la générosité. Il y a plein de forme de leader. Le tournoi est aussi une occasion unique pour se révéler et occuper l’espace. J’incite fortement les joueurs à extérioriser leur personnalité, à faire vivre le projet. Je pense qu’on a beaucoup de joueurs capables d’amener quelque chose."

Un manque de communication sur le terrain

A l’entraînement, le capitaine reste fidèle au caractère décrit par son sélectionneur. Pas trop de prises de parole. "C’est vrai qu’il ne parle pas beaucoup mais quand il le fait, ce n’est jamais pour rien", glisse un proche du groupe. Le Lyonnais laisse ça pour les autres, là où Abdou Diallo avait une aisance et une facilité dans ce domaine. Tousart et Diallo n’ont pas non plus la même place dans le vestiaire. Le défenseur s’adaptait à chacun de ses coéquipiers, quand le milieu de terrain a plus de mal à s’exprimer avec certains. Un exemple concret: juste après un rassemblement, le défenseur de Dortmund a été mis en garde par un joueur sur la place de Bernardoni dans le vestiaire. Le portier a une personnalité et des centres d’intérêts différents de ses coéquipiers.

Dès le rassemblement suivant, Abdou Diallo a été parler au Nîmois pour vérifier qu’aucun problème ne guettait. Avant d’aller en référer à Ripoll. Le problème actuel, c’est aussi que peu de joueurs montrent des signes de caractère pour venir aider Tousart dans sa tâche. Un homme se révèle cependant depuis plusieurs rassemblements dans le groupe: Malang Sarr. Le Niçois fait partie de ceux qui prennent le plus la parole sur le terrain. D’autres, comme Olivier Ntcham aussi sont prêts à prendre ce rôle: "Je sens que je suis un des cadres de l’équipe, confie le milieu de terrain. Je suis quelqu’un qui prend la parole sur le terrain, plus que dans les vestiaires. Je le fais un peu dans les vestiaires mais moins souvent. Pour dire ce qu’il ne va pas, ce qu’on peut mieux faire mais toujours en essayant d’être positif." Toujours suite à la défaite en Autriche, plusieurs joueurs ont également alerté sur le manque de communication sur le terrain.

Ce qui relève plus d’un problème collectif qu’individuel donc. Dans son discours samedi, Ripoll a d’ailleurs appuyé sur le besoin "d’être ensemble" dans les phases offensives et défensives. Le sélectionneur était d’ailleurs très satisfait de l’investissement de ses troupes depuis le début du rassemblement. Sans se laisser contrarier par ses petits soucis.

LT et LB