RMC Sport

France-Angleterre: Deschamps salue "le gros volume de jeu" de Dembélé

Après la victoire contre l’Angleterre ce mardi (3-2), à dix contre onze en seconde période, Didier Deschamps s’est montré satisfait par ses jeunes joueurs offensifs. Il a deux mois et demi pour décider de sa compo pour le match primordial contre les Pays-Bas.

Didier Deschamps, vous vouliez finir sur une bonne note, mission accomplie ?

On se l'est compliquée, avec un penalty et un carton rouge, qui après l'avoir revu me paraît plus que sévère. Mais il restera anecdotique parce que même à dix, on a su leur créer des soucis et avoir pas mal d'occasions. Bravo aux joueurs, mais c'est un groupe. Ils ont montré beaucoup de qualités, même si c'était un contexte différent (par rapport au match en Suède, ndlr). Ça n'enlève rien au mérite des joueurs qui ont joué ce soir et cet allant offensif qu'on a vu.

A voir aussi >> France-Angleterre, les tops et flops: merci Dembélé et Mbappé, bonnes vacances les jeunes!

Comment jugez-vous Ousmane Dembélé ?

Il a eu un gros volume de jeu. Il avait des jambes, l'allant offensif. Il était dans une position un peu hybride. Je ne voulais pas qu'il soit complètement sur le côté. Quand on était à onze, il était comme un attaquant côté droit mais venait dans l'axe. A dix, il est venu aider Kylian (Mbappé) quand il en avait besoin. Ce sont deux joueurs qui ont la vitesse et la percussion, qui ont fait mal à cette défense anglaise rugueuse mais pas très rapide.

A voir aussi >> France-Angleterre: la doublette Mbappé-Dembélé enflamme Twitter

Ce match peut-il faire bouger les lignes dans l'optique du France - Pays-Bas du 31 août ?

Il y a toujours des enseignements à tirer. Je vais avoir un été studieux avant la rentrée du mois d'août.

A voir aussi >> Les buts de France-Angleterre en vidéo

Qu’avez-vous pensé de la performance de Paul Pogba ?

Un joueur peut être moins bien sur un match et beaucoup mieux sur l'autre. Dans tout ce qu'il a fait, il a mis des gestes de classe mais a aussi été efficace à la récupération. A l'image de l'équipe, il y avait une idée commune et un allant. Sur le dernier match, je ne les avais pas freinés, mais jouer un match de qualification à l'extérieur et jouer un amical dans notre jardin, ce n'est pas la même chose.

Allez-vous passer de bonnes vacances ou bien vous reste-t-il une pointe d'amertume après la défaite en Suède ?

Je suis très satisfait de la victoire acquise dans la difficulté. A dix, ce n'est jamais évident. J'échangerais bien les deux victoires (contre le Paraguay et l'Angleterre, ndlr) contre la défaite (en Suède) qu'on a eue au milieu ! Le mois de juin hors compétition a toujours été difficile, ça l'a été avec le scénario en Suède. Ça va servir d'expérience aux joueurs et à moi pour réfléchir. C'est plutôt une très bonne chose de finir avec une victoire, je n'avais pas l'habitude (sourire).

Qu'avez-vous dit à Gareth Southgate, votre homologue anglais, lors de l'hommage ?

Je lui ai simplement dit qu'on était avec eux, malheureusement, par rapport à ce qui s'est passé. Ils ont fait preuve de beaucoup de solidarité après les attentats de Paris (en novembre 2015, ndlr). Les services de la Fédération ont fait ce qu'il fallait pour nous unir dans ces drames qui nous ont touchés. Il y a la rivalité sur terrain, et il y a eu un beau combat, mais les joueurs se connaissent et cela va au-delà du sport. C'est un moyen de réunir un peu plus les peuples.

LP avec l'AFP