RMC Sport

France-Bulgarie, les notes des Bleus : Gameiro fracassant, Pogba beaucoup moins...

Douchés d’entrée par le penalty d’Alexandrov, les Bleus ont rapidement réagi pour s’offrir logiquement un large succès (4-1). Auteur d’un doublé, Kevin Gameiro a brillé et confirmé le potentiel de son association avec son coéquipier à l’Atlético de Madrid, Antoine Griezmann. Paul Pogba, lui, peine toujours à imposer sa patte.

Hugo Lloris : 5,5

Penalty mis à part, il n’a quasiment jamais été mis à contribution. Sur le coup de pied de réparation frappé par Mihail Alexandrov, le portier de Tottenham part du bon côté mais ne peut rien. Propre sur son jeu au pied.

A voir aussi >> Le live de France-Bulgarie

Bacary Sagna (non noté), puis Djibril Sidibé : 5,5

En une petite demi-heure passée sur le pré, Bacary Sagna a vécu un condensé d’émotion comme seul le foot peut en offrir. Sa responsabilité est clairement engagée sur le penalty, une action sur laquelle Milanov le tourne en ridicule. Un quart d’heure plus tard, il s’arrache côté droit et offre un centre parfait pour l’égalisation de Gameiro (23e). Victime d’une déchirure à la jambe gauche, il sort dès la 27e, remplacé par Djibril Sidibé, qui a vite trouvé sa place. Le latéral monégasque, qui fêtait sa 3e sélection, a l’immense mérite de ne pas hésiter à provoquer.

A lire aussi >> penalty, offrande, blessure… Sagna a tout fait en 27 minutes

Raphaël Varane : 6,5

On a senti dès les premières minutes qu’il était dans une bonne soirée. Autoritaire, très engagé sur les duels, bon dans l’anticipation, il a orienté les premières relances avec justesse, alternant jeu court et long. Un match de patron.

Laurent Koscielny : 6

Le Gunner a joué sur ses qualités habituelles, bien placé et fort dans les duels. L’indispensable force tranquille des Bleus. Il est venu placer sa tête offensivement.

Layvin Kurzawa : 6

La qualité de sa relation avec Dimitri Payet est allée grandissante, tout au long du match. Sérieux défensivement, son joli travail est à l’origine du quatrième but de Gameiro (59e). Il s’installe.

Paul Pogba : 4,5

Une première période décevante. Le milieu de Manchester United peine toujours autant à convaincre sous le maillot bleu. Peu inspiré sur son jeu de passe, il a parfois trop usé de longs ballons à destination de coéquipiers pris au marquage. Lorsqu’il touche trop la balle, il ralentit davantage le jeu qu’il ne crée d’étincelles. On ne peut en revanche pas reprocher à Pogba un manque d’engagement. On l’a vu effectuer de longues courses pour revenir prêter main forte à sa défense. Mais on attend tellement plus de lui balle au pied. Plus en vue après la pause, quand le match était plié.

Blaise Matuidi : 5,5

Un match sérieux, sans prises de risque, ni énormément de projection. Le Parisien a fait le boulot au milieu, apportant son écot habituel au combat. Discret dans le jeu d’attaque même s’il a plus tenté après pause. Il touche le poteau (77e).

Moussa Sissoko : 6

Dans un style toujours aussi puissant et direct, le joueur de Tottenham a dominé son couloir droit. Il n’a pas trop usé de ses habituelles percées. Mais comme toujours presque, Moussa Sissoko assure sous le maillot bleu.

Dimitri Payet : 6,5

Très discret en début de rencontre, il s’est recentré et est venu chercher les ballons plus bas. Il a gagné de l’espace, du temps et de l’influence. Il est précieux par sa capacité à trouver des intervalles. Récompensé par un joli but (son 7e avec les Bleus) d’une frappe enroulée qu’a failli toucher Griezmann.

Antoine Griezmann : 7

Il confirme match après match son statut d’incontournable leader technique de l’équipe. Antoine Griezmann n’a pas tout réussi ce vendredi. En début de match, il a même plutôt râlé que brillé. Ses dribbles ou ses transmissions trouvaient toujours un pied bulgare. Puis il a pris peu à peu le dessus. Il profite de l’énorme erreur de Pirgov pour ajuster parfaitement le gardien bulgare d’une frappe à ras de terre (38e). Il est au centre pour le doublé de Gameiro. Griezmann, c’est six buts lors de ses sept derniers matches avec les Bleus. 

A lire aussi >> une nouvelle célébration pour Griezmann ?

Kévin Gameiro : 8

Il n’avait plus été titulaire en bleu depuis septembre… 2011. Le deuxième G de l’attaque française a effectué un retour fracassant avec ce doublé (23e, 59e) plein de talent et d’opportunisme. Mais Gameiro n’a pas seulement marqué. Son pressing incessant a énormément pesé sur la défense bulgare. Son jeu à une touche, notamment sur deux merveilles de talonnades, a fluidifié l’attaque tricolore. Et quand le joueur de l’Atlético accélère, ça va toujours aussi vite.

A voir aussi >> Didier Deschamps : "Je n'en demande pas plus à Gameiro"

S.R