RMC Sport

France-Islande: quand les supporters islandais étaient devenus les stars de l’Euro 2016

L’Euro 2016 avait consacré le quart de finaliste surprise islandais… et son incroyable public, à la relance du clapping disparu. Audiences folles, pourcentage record de supporters: l’Islande avait fait fort. A l’heure de retrouver l’équipe de France en match qualificatif pour l’Euro 2020, l’engouement ne devrait néanmoins pas être aussi important au stade de France ce lundi (20h45).

L’Islande est une petite nation. Seulement peuplé de 340.000 âmes, ce pays placide, situé tout au nord de l’Europe, possède pourtant une ferveur incroyable pour le football. L’Euro 2016 avait permis de s’en rendre compte.

En France, les fans de l'actuelle 38e nation FIFA (21e à son meilleur) avaient donné de la voix comme personne (hormis peut-être les Gallois, les Irlandais et les Irlandais du Nord), pour manifester leur joie de participer pour la toute première fois à une compétition majeure.

Audiences de folie, 8% du pays s’était déplacé

A la clé, un parcours formidable pour les "Icemen", tombeurs de l’Angleterre à Nice en 8e de finale (2-1) et seulement stoppés par la France en quarts. Incroyable mais vrai, les Islandais avaient été encouragés dans le stade par 8% de leur population totale (27.000 personnes environ). Tous les joueurs avaient reconnu plusieurs membres de leur entourage dans les tribunes, et les démonstrations de rue avaient été nombreuses autour des enceintes françaises et dans les fans zones.

Ceux restés au pays n’avaient pas été en reste non plus. Un match fait date dans le parcours fou des Islandais à l’Euro: le duel contre l’Autriche en phase de poule, qualificatif pour les 8es de finale. A cette époque, la part d’audience avait été chiffrée à une incroyable hauteur de 99,8%! Soit la presque intégralité des téléspectateurs de cette épique soirée de juin 2016.

A la relance du clapping

La grande communion entre les joueurs islandais et leur public porte un nom: le clapping. A la relance de ce mouvement disparu, les supporters islandais ont inspiré de nombreuses autres sélections par la ferveur inimitable dégagée par leur gimmick, aussi appelé "Viking Clap".

La France, tombeuse des hommes de Lars Lagerbäck en quarts de finale (5-2), avait d’ailleurs repris le flambeau dès sa demi-finale contre l’Allemagne. L’habitude est restée depuis, et se retrouve dans bon nombre de stades européens. Les Islandais n'ont pas non plus perdu ce réflexe malgré les nombreuses imitations. Ceux de la qualification pour la dernière Coupe du monde ont également fait date.

Supportrices de l'Islande à l'Euro 2016
Supportrices de l'Islande à l'Euro 2016 © AFP

En plus petit comité au Stade de France ce lundi

Depuis le contexte a un peu changé. Qualifiés pour leur premier Mondial de leur histoire l’été passé, où ils ont notamment tenu l’Argentine en échec (1-1), les Islandais subissent le contrecoup de ces glorieux moments. La sélection nationale dirigée par Erik Hamrén est vieillissante et peine à trouver des jeunes joueurs du même niveau.

Le pays ne compte que 20.000 licenciés (2 millions en France), et seulement une centaine de joueurs professionnels. Elle n’a d’ailleurs gagné qu’un seul de ses seize derniers matchs officiels. Comme lors du duel amical à Guingamp en octobre (2-2), ses supporters seront logiquement moins nombreux au Stade de France ce lundi (20h45).

Aux dernières nouvelles, une cinquantaine de fans islandais était espérée. Mais les télévisions de Reykjavik, où vît plus des deux tiers de la population durant les rudes hivers, pourraient bien réchauffer l’ambiance.

PL