RMC Sport

Hongrie-France: pause fraîcheur, sommeil... les Bleus se préparent à affronter la chaleur

Le match Hongrie-France de samedi (15h) à Budapest devrait se dérouler sous une température supérieure à 30 degrés. Didier Deschamps et ses hommes ont fait en sorte d'habituer les organismes avant la rencontre.

Les Bleus n'ont pas hérité de la fournaise sévillane, comme les Suédois ou les Polonais, mais depuis leur arrivée à Budapest mercredi soir, ils n'ont pas spécialement froid. C'est un euphémisme. En Hongrie aussi, l'été peut être chaud, et Didier Deschamps et ses hommes s'en sont rendu compte.

Samedi après-midi, à l'heure où sera donné le coup d'envoi du deuxième match de la France (15h), les différentes prévisions annoncent une température de 32 ou 33 degrés, et un ressenti pouvant atteindre... les 37 degrés.

>>> L'Euro en direct

Lloris espère une pause fraîcheur

"La chaleur entre en compte dans notre préparation, a reconnu ce vendredi le capitaine tricolore Hugo Lloris en conférence de presse. On va évoluer à des températures au-dessus de 30 degrés. C’est un élément important, même si quand on rentre sur le terrain, on est focalisés sur nos performances, avec l’envie de gagner, donc on fait abstraction de tout cela et du contexte."

Le portier espère durant la partie une pause pour boire. Si la température durant le match est supérieure à 32 degrés, cette pause fraîcheur est automatiquement prévue par le protocole. Sinon, la France et la Hongrie doivent en faire la demande au préalable.

Et Deschamps veut voir ses joueurs faire une bonne nuit

Mais le mieux est sans doute d'anticiper, de préparer les organismes. Ce qu'a essayé de faire le staff tricolore. Alors que les Bleus s'entraînaient avant le match contre l'Allemagne en fin d'après-midi, les dernières séances ont eu lieu à l'heure du match, en plein cagnard.

"On s'est adaptés à cet horaire dès mercredi, explique Didier Deschamps. On est passés à des entraînements à 15 heures pour se caler sur l'horaire du match. Evidemment, cela modifie la planification de la journée, et l’heure du déjeuner par exemple."

Mais c'est plus la question du coucher qui semble un peu préoccuper le sélectionneur. "Il est important pour les joueurs d'avoir des heures de sommeil, a-t-il rappelé. Je ne vais pas dire que c’est une bataille, mais c’est une génération qui a souvent tendance à se coucher un peu tard, donc il faut faire en sorte de bien réguler ça. Quand on joue le soir il y a toujours l’après-midi, et la sieste qui peut être récupératrice." Là, ce n’est pas le cas. "On a donc essayé d’habituer le corps et la tête à ce qui va nous attendre demain", résume Deschamps.

dossier :

Euro 2021

C.C. avec L.T.