RMC Sport

Le Graet : « On ne donnait pas cher de nos petits Français... »

-

- - -

Le président de la FFF, Noël Le Graët, a félicité les Bleus pour leur exploit face sur l’Ukraine (3-0), ce mardi, et leur qualification pour le Mondial au Brésil. Et confirmé que Didier Deschamps resterait le sélectionneur jusqu’en 2016.

Président Le Graët, quel sentiment vous anime après cette belle soirée pour les Bleus ?

On a eu une belle soirée de football. Les critiques étaient logiques après le premier match, il faut être réaliste. Après le but, là-bas, on a été mauvais. Il y a eu un petit coup de blues. Mais les joueurs se sont remotivés et si vous les prenez tous un par un, pour mettre des notes, c’est difficile car ils ont été complémentaires, à la hauteur de l’événement.

Malgré les difficultés, la France est qualifiée pour le Mondial 2014...

Une Coupe du monde, il vaut mieux y aller. Imaginez qu’on ne gagne pas ce soir (mardi, ndlr), demain matin on raconte quelle histoire ? Je ne l’avais pas préparée car on était sûr de gagner. Je reste conforme à ce que je disais depuis 48 heures.

Que va-t-il se passer pour cette équipe maintenant ?

Déjà il faut aller au Brésil début décembre pour le tirage. On verra notre groupe. Mais il faut déjà apprécier ce qu’on a fait. Vous le savez tous : c’est une sacrée performance qu’ils viennent de réaliser… Personne n’avait jamais rattrapé un tel écart dans un barrage entre équipes nationales. On ne donnait pas cher de nos petits Français qui étaient mal élevés et qui ne s’entendaient pas bien. Ils ont démontré qu’ils forment une belle équipe. Et ce qui me plaît, c’est que c’est peut-être un départ.

Allez-vous conforter Didier Deschamps à son poste de sélectionneur ?

Il n’y a pas à le conforter. Il avait signé un contrat de quatre ans donc c’est fait, il n’y a pas de problème. Il dirigera l’équipe de France jusqu’en 2016. C’était le souhait et c’était écrit, ça ne s’est pas passé dans les couloirs ce soir.

Allez-vous débloquer une prime exceptionnelle pour les joueurs après cette qualification ?

Non. Les joueurs ont peut-être été étonnés car je les ai un peu bousculés dans mon discours ce week-end donc ils m’ont un peu chahuté après le match mais ça ne mord pas. J’ai un peu d’expérience. Ce n’est pas digne d’eux, il n’y a pas de prime. 

Pensez-vous que votre discours musclé a pu avoir un effet sur cette victoire ?

Grâce à Guingamp, j’ai passé ma vie avec un club qui a grimpé les échelons. J’ai parfois eu des discours durs mais je connais bien les joueurs et le système. Les remobiliser était important pour eux. Au retour, après le match aller vendredi soir, il y avait un sentiment d’abattement général. Mais on n’avait pas le temps, il fallait se ressaisir en quatre jours. Il fallait l’aborder comme un match de Coupe.

Avez-vous eu peur d'être le premier président de la FFF à voir les Bleus rater la Coupe du monde depuis 1994 ?

Non. Je n’y ai jamais pensé.

Cette équipe va-t-elle se réconcilier définitivement avec son public ?

Ceux qui veulent encore faire des reportages sur 2010, si ça plaît à leurs lecteurs, libre à eux. Mais c’est stupide. Ce soir, ce qu’ils ont fait, c’est un peu une preuve d’amour. Je crois que reconquérir l’ensemble du public français est jouable. Mon message aux spectateurs ? Aimez cette équipe ! Aucune histoire ne peut se faire s’il n’y a pas un attachement à l’équipe nationale.

Pourquoi cette équipe n'est-elle pas capable de réaliser de telles performances plus souvent ?

C’est un départ. Elle ne l’a pas fait avant, pas tout le temps en tout cas car elle avait quand même été très bonne en Espagne par exemple (1-1, ndlr). Quand on a été au Brésil pour le tirage des qualifications, aucun d’entre vous n’avait mis la France à une autre place que la deuxième. On a fini à cette place et on a fait les barrages. Ce n’était pas évident mais il faut leur tirer un coup de chapeau. On est tous heureux et soulagés de ce résultat. Il y avait deux choses : le jeu et notre pays, qui est un peu en difficulté morale. Cette qualification pour le Mondial au Brésil fait plaisir à toute la France qui se sent regonflée. Ils ont été bons dans cette ambition de se surpasser.

A lire aussi :

>> France-Ukraine : Le Brésil au bout de l'exploit

>> France-Ukraine : Et un, et deux, et onze héros !

>> Leboeuf : "Deschamps a son étoile"

Propos recueillis par M.Bo.