RMC Sport

Pogba, la nouvelle star

-

- - -

Pogba, la nouvelle star Indiscutable à la Juventus de Turin, Paul Pogba s’est imposé tout aussi rapidement en équipe de France. Pétri de talent, l’intéressé a tout pour être la prochaine star des Bleus. A condition de gommer quelques défauts.

21h10. Le Stade de France, pas encore tout à fait plein, finit de se remplir gentiment. Rien ne le prédestine à prendre feu d’un coup. Rien… jusqu’à ce ballon remisé au milieu de terrain par Olivier Giroud. Un joueur norvégien tente alors de le disputer à Paul Pogba. Et là, instant « régalade » pour le public du SDF. Et moment Youtube, aussi, pour le pauvre joueur scandinave, cloué sur place par une roulette magistrale de la pépite de la Juventus de Turin. « Il joue toujours comme ça, c’est son jeu. Il est trop fort pour moi », commentera, admiratif, son coéquipier en Italie et futur adversaire au Mondial, le Suisse Stephan Lichsteiner. Le public, charmé, ne s’y trompe pas en scandant le nom de l’effronté. Il partira littéralement en ola cinq minutes plus tard, lorsque la France ouvrira le score grâce au crâne un poil peroxydé – crête oblige - de… Paul Pogba.

Incroyable trajectoire que celle du longiligne et puissant milieu de terrain français, fêté presque comme une rock star par les supporters français mardi dernier. Encore inconnu du grand public il y a un peu plus de 14 mois, c’est lui qui guidait en Turquie, brassard de capitaine au bras, les Tricolores de moins de 20 ans au titre mondial. Une première consécration, vite doublée d’un titre de meilleur joueur de la compétition. Puis triplée, enfin, par une première sélection en A huit mois plus tard, en éliminatoires de la Coupe du monde 2014, contre la Géorgie (3-1). Le début de l’idylle entre Pogba et le maillot bleu est beau. Il aurait pu s’assombrir, pourtant, lorsque le natif de Lagny-sur-Marne, titulaire quatre jours plus tard contre l’Espagne, écopait de deux cartons jaunes en… trois minutes.

Deschamps : « Tout est facile pour lui mais

Mais le talent de Paul Pogba est irrésistible. A la Juve, où il aligne 55 matches la saison dernière, toutes compétitions confondues. En Bleu, où il empile les bons matches : contre la Biélorussie, avec un but à la clé (4-2), contre les Australiens (6-0), la Finlande (3-0), lors des deux matches de barrage face à l’Ukraine (2-0, 4-0), devant les Pays-Bas (2-0). Et donc encore récemment, contre la Norvège. « Paul, tout le monde sait que c’est un joueur qui a de l’avenir et qui est déjà présent, assure son partenaire en Bleu Eliaquim Mangala. A son âge, ce qu’il fait c’est pas mal mais en le côtoyant, je sais qu’il a encore une grosse marge de progression. Je suis sûr qu’il a un très grand avenir devant lui. » Le public et les observateurs en sont déjà persuadés. Les plus grands clubs (PSG, Real Madrid) également : ce Paul Pogba a tout de la future star internationale de demain.

A condition d’éviter un certain excès de facilité. Sa gestuelle, spontanément nonchalante, pourrait lui jouer des tours. Son jeu, très porté vers la passe, n’est pas sans déchets, comme ce ballon expédié directement en touche il y a une semaine. Et que dire de sa concentration, pas toujours maximale sur toute la durée d’un match et qui amena, notamment, un coup franc synonyme d’égalisation, dimanche dernier, pour le Paraguay (1-1) ? « Il a beaucoup de fraicheur et évidemment beaucoup de qualités au-dessus de la moyenne. Tout est facile pour lui mais il ne faut pas qu’il tombe dans la facilité. Après, ça le fait déjouer, relevait « DD » la semaine dernière. C’est un petit geste, une passe, une concentration et une application maximale. Il est encore jeune c’est vrai mais le naturel revient facilement au galop… il faut qu’il élimine tout ce qui est un peu superflu. » A 20 ans, il a largement le temps de le gommer.

A lire aussi :

>> Le statut incertain de Koscielny

>> Mangala, inconnu au bataillon

>> Varane, un colosse au genou d'argile

A.D