RMC Sport

Revivez la conférence de presse de Deschamps et Lloris

Didier Deschamps

Didier Deschamps - -

A la veille du barrage aller en Ukraine, qualificatif pour la Coupe du monde 2014, Didier Deschamps et Hugo Lloris se sont présentés face à la presse pour évoquer les dernières informations des Bleus.

18h34 : vous dites qu'il n'y a pas de tension, mais dans quel état d'esprit êtes-vous ?

Je suis dans un état d’esprit d’excitation, d’adrénaline, qui va monter au fil du match, mais il n’y a pas de pensée négative, de pression, ou de tension. Ca va à l’encontre du message que je véhicule à mes joueurs.

18h33 : Y a-t-il de la crainte chez certains joueurs ?

On joue une qualification au Mondial c’est sûr. Mais il n’y a pas de peur ou de crainte. En face de nous, quoi qu’on en dise, les Ukrainiens savent qu’ils ont aussi une chance d’aller à la Coupe du monde. Donc d'un côté comme de l'autre, tout le monde veut croire en sa chance.

18h30 : Ce match peut-il aider Ribéry à gagner le Ballon d'Or ?

Le jour de clôture des votes, c’est demain. Donc ça n’aura pas d’influence.

18h27 : Pensez-vous à l'élimination ?

Le risque zéro n’existe pas. Il faudra être présent sur le terrain. Je ne vais pas penser à ça aujourd’hui. On fait tout pour que ça passe. Il y a un rapport de force. Il faut simplement se dire que demain on a notre premier rendez-vous et faire ce qu'il faut sur le terrain.

18h25 : Avez-vous déjà votre tactique en tête ?

Oui. Mais l’important c’est d’avoir confiance en nous et d’aller au bout de nos idées.

18h24 : Pourquoi avoir essayé plusieurs schémas pendant le huis clos ?

Je ne suis pas là pour m’amuser ou cacher quoi que ce soit. C’est bien d’avoir plusieurs options, et ce n’est pas la première fois que je teste différents systèmes. 

18h22 : la méforme de Valbuena vous pousse-t-elle à vous adapter ?

C’est vous qui parlez de méforme. Si je l’ai pris, c’est que je considère qu’il est suffisamment en forme. Il y a un choix de système et un choix de joueurs par rapport au match, et je compte sur lui autant que sur les 23 autres joueurs.

18h20 : à quel type de match vous attendez-vous ?

L’Ukraine a de la qualité offensivement, mais on va faire en sorte de pouvoir imposer le jeu.

18h19 : quel est votre discours pour les motiver ?

Je parle avec eux, ni plus ni moins, pour leur donner le maximum d’informations sur l’adversaire. Ils savent tous l’importance de ce premier rendez-vous. Mon discours est surtout porté sur ce qu’il faut faire sur le terrain, par rapport à l’adversité qu’on aura en face de nous.

18h18 : En quoi l'équipe est-elle moins forte qu'en 1998 ?

On juge une équipe par rapport à ses résultats. Ce qui compte, c’est le présent, d’atteindre notre objectif : à savoir se retrouver à la Coupe du monde. Ça ne sert rien de comparer des générations, ce sont des périodes complètement différentes.

18h17 : le groupe est-il tendu ?

Il n’y a pas être tendu. Il y a un enjeu qui est là, on est concentré sur l’objectif. Notre rendez-vous est demain à 20h45, et ça ne sert à rien d’imaginer des choses avant.

18h15 : Deschamps en direct

Sur les deux dernières séances, on a pris le temps de récupérer des matches qu’ils avaient eus le week-end. Ca s’est bien passé, j’espère que ce sera le cas aussi ce soir, et encore plus demain.

18h14 : Ont-ils un sentiment de supériorité ?

On a conscience de la valeur de l’Ukraine. Ils ont de belles individualités sur les ailes. Ils sont aussi performants sur coup de pied arrêté. C’est une équipe forte collectivement, qui n’a fini qu’à un point de l’Angleterre. On a conscience de l’enjeu en tout cas.

18h12 : Un climat plus apaisé qu'il y a 4 ans ?

Je ne me souviens plus trop du contexte de l’époque. Lorsqu’on est joueur, on est surtout focalisé sur l’objectif. Tout le monde rêve du Mondial, et il reste encore un dernier obstacle. C’est un tout autre adversaire que l’Irlande, avec une équipe de France très différence. On espère réaliser une belle performance et rendre les Français fiers de nous.

18h10 : A quoi pense-t-il pendant la Marseillaise ?

C’est toujours un moment important de chanter la Marseillaise. Pour tout joueur c’est une fierté. Ca permet à chacun de penser à ce qu’il veut. Le plus important c’est de faire une belle performance et de voir l’équipe de France gagner.

18h08 : ce qu'il pense de la polémique, après son choc à la tête

Je me sens bien. J’ai eu une petite perte de connaissance après un choc pendant mon dernier match. Ça a créé un débat en Angleterre, mais je suis resté en dehors de la polémique, pour me concentrer sur mon travail.

18h07 : son avis sur l'Ukraine

Ils restent sur une année 2013 très bonne, sans défaite. Ils ont un jeu très collectif. C’est une équipe jeune, un bloc très compact, qui se projette vite vers l’avant. On sait à quoi s’attendre. Il faudra chercher à imposer notre jeu.

18h06 : Le match contre l'Irlande de 2009 est-il un atout avant ce match ?

Chaque match à son histoire. C’est un bon point de repère pour ceux qui y était, mais il y a eu beaucoup de changements depuis. Il y a beaucoup de jeunes joueurs, on doit les encadrer. Il faudra qu’on joue notre jeu, avec notre un bon état d’esprit, pour ne pas avoir de regrets à la fin.

18h04 : Lloris en direct

On n’est pas dans le calcul. Il y a un match à préparer. On joue tous les matches pour les gagner, on verra en fonction de la physionomie du match. On s’attend à avoir beaucoup d’efforts à fournir.

La rédaction