RMC Sport

Varane taille patron

Raphaël Varane

Raphaël Varane - -

Auteur d’un match solide avec les Bleuets mardi face à l’Italie en amical, le défenseur central du Real Madrid, Raphaël Varane, a une nouvelle fois fait étalage de tout son talent. Un talent fou qui pourrait peut-être lui ouvrir les portes de l’équipe de France A pour l’Euro 2012.

Une allure de taulier, une assurance de vieux briscard. A seulement 18 ans, Raphaël Varane s’est une fois encore montré intraitable mardi avec les Bleuets. Un phénomène de précocité qui ne devrait pas tarder à se transformer en futur cador du football français. Même si l’équipe de France espoir n’a pu faire mieux qu’un match nul face à l’Italie (1-1), le sélectionneur Erick Mombaerts a pu jouir «d’une charnière centrale de grande qualité ». Mais le défenseur du Real Madrid a dû patienter avant de donner la pleine mesure de son talent « J’ai trouvé mon début de match un peu poussif, admet l’ancien lensois. Ensuite, je me suis senti plus à l’aise, et ça s’est ressenti techniquement. »

Le temps d’adaptation ? Une évidence. Les automatismes acquis au Real aux côtés des Pepe, Sergio Ramos et autre Marcelo n’ont en effet pas grand-chose à voir avec ceux requis en sélection nationale espoir. « Je dois prendre mes repères par rapport à mes coéquipiers, confirme le natif de Lille. Le changement entre club et sélection n’est pas évident. »

« Je me sens bien au Real »

Recruté à prix d’or par le Real Madrid (10 M€), à la demande de José Mourinho, le Français jouit d’une confiance incroyable pour son jeune âge. Titularisé à 5 reprises en Liga, Varane s’est même accordé le luxe d’inscrire un but contre le Rayo Vallecano. Et sur ces 5 rencontres, aucune défaite. Un rendement qui présage d’un avenir radieux avec les Merengue. Mais aussi avec l’équipe de France A, peut-être dès cet été pour l’Euro ? Lui préfère ne pas y penser. « Je ne me prend pas la tête avec ça, glisse-t-il. J’essaye d’être bon dans un club où je me sens bien, et on verra par la suite. » 

Ce bien-être, Varane le doit en partie à un entourage familier. Certes, Zinedine Zidane, qui l’a convaincu de rejoindre le Real, est là pour l’épauler. Mais ses partenaires français de tous les jours lui sont d’un apport bien plus grand encore. « Ça se passe très bien avec Karim Benzema, confesse l’ancien nordiste. Je suis également souvent avec Lassana Diarra. Ils m’apportent leur expérience. » L’avenir lui appartient.