RMC Sport

Varane, un colosse au genou d’argile

Raphaël Varane

Raphaël Varane - -

Raphaël Varane (21 ans) est attendu comme le futur patron de la défense des Bleus. Mais le surdoué du Real enchaine les pépins physiques depuis un peu plus d’un an. De quoi laisser planer une certaine inquiétude à l’heure de son premier Mondial.

C’est le défenseur français le plus talentueux de sa génération. Mais le plus fragile aussi. A tout juste 21 ans, Raphaël Varane est appelé à devenir le patron de l’arrière-garde des Bleus dans un futur proche. A condition que son corps le laisse en paix. Son genou droit plus particulièrement. Depuis son opération en mai 2013, le surdoué du Real Madrid enchaine les pépins physiques et les rechutes. Avec seulement 21 matchs au compteur (dont 15 comme titulaire), il sort d’une saison en demi-teinte avec les Merengue. Au sein de la Maison blanche, le prodige nordiste est couvé et préservé à la moindre alerte. Carlo Ancelotti et son staff ont choisi de ne prendre aucun risque avec leur joyau.

Le mois dernier, Varane assurait pourtant au Figaro : « Au niveau articulaire, tout va bien désormais, je n’ai aucun crainte quant à mon genou droit. » Une bonne nouvelle confirmée par sa prestation en finale de la Ligue des champions, il y a huit jours face à l’Atlético Madrid (4-1, ap). Un soir de liesse, où le Real a enfin décroché sa « Decima » dans la chaleur de Lisbonne. L’occasion pour l’ancien Lensois de devenir le plus jeune Français à soulever la Coupe aux grandes oreilles. Et de chasser - en partie - les doutes liés à son état de santé.

Varane : « Je souhaite être titulaire »

Arrivé à Clairefontaine en milieu de semaine, en compagnie de Karim Benzema, le n°4 des Bleus, qui a pris quelques conseils auprès de Zinedine Zidane, a d’abord effectué des tests médicaux. Avant d’entamer un programme personnalisé. Tout comme son compère madrilène, il n’a pas pris part au match face au Paraguay (1-1), dimanche à Nice.

Mais celui qui avait écœuré l’Ukraine en barrages aux côtés de Mamadou Sakho, compte bien être d’attaque dès le 15 juin à Porto Alegre face au Honduras, pour l’entrée en lice de la France au Mondial. Sans fuir ses responsabilités. « Je suis plus impliqué dans la vie du groupe, malgré mon jeune âge. J'aime bien m'investir dans cette équipe, ça me plaît, j'ai envie d'apporter le maximum. Je souhaite être titulaire, c’est un objectif, je travaille pour et j’essaie de retrouver cette régularité, a confié Varane sur TF1. On a un groupe jeune, qui vit bien, qui est motivé et qui ne se fixe pas de limite ». Si ce n’est celle de pouvoir tenir sa place.

A lire aussi :

>> France-Paraguay : quelques leçons à retenir

>> France-Paraguay : les notes des Bleus

>> L'actu des Bleus

Alexandre Jaquin