RMC Sport

VIDEO. Bleues - Mondial 2019: Diacre veut "aller sur la plus haute marche du podium"

Si la France organisera la prochaine Coupe du monde de football féminin en 2019, avec Corinne Diacre à sa tête, l’objectif de la victoire finale anime évidemment la nouvelle patronne des Bleus. Une ambition élevée, malgré l’échec de l’Euro 2017 et l’élimination dès les quarts de finale.

L’échec à l’Euro 2017 aura au moins eu le mérite de faire bouger les lignes. Alors que l’équipe de France de football féminin a échoué une nouvelle fois au stade des quarts de finale face à l’Angleterre (1-0), la Fédération Française a décidé de mettre entre les mains de Corinne Diacre, l’avenir des Bleues. Une décision forte qui n’a pas manqué de susciter une ambition élevée pour cette dernière, à deux ans de la Coupe du monde organisée en France.

A lire aussi >> Equipe de France féminine: Diacre nommée à la tête des Bleues!

Une ambition à peine masquée

"Il y a une équipe à construire, un projet de jeu à mettre en place, avec cet objectif effectivement d’aller sur la plus haute marche du podium, il ne faut pas se voiler la face. On a 20 mois pour se préparer, il n’y a pas de temps à perdre", a ainsi ambitionné la nouvelle patronne des Bleues au micro de RMC Sport. Un discours novateur, malgré tout motivé par une réelle conscience du passage de témoin entre deux générations.

A voir aussi >> Coupe du monde 2019 - Le football féminin veut briller

"Construire qu’avec des jeunes, ce n’est pas possible"

"Construire une équipe qu’avec des jeunes, ce n’est pas possible. Il va falloir s’appuyer sur les éléments d’expérience, les cadres, et après y amener un peu de fougue, un peu d’insouciance. Quand on est ancienne, et avec les échecs qu’elles ont connus, on réfléchit un peu plus et on est un peu moins spontané. On va essayer de remettre un peu de spontanéité", s’est en effet justifiée Corinne Diacre. Ça commence plutôt bien pour les Bleues, vainqueurs du Chili (1-0) et de l’Espagne (3-1), en amical ces derniers jours.

A lire aussi >> Equipe de France féminine: Noël Le Graët pensait à Diacre depuis un an

"On souffre encore de la comparaison avec les hommes"

Concernant l’engouement autour du football féminin en France, à deux ans de l’organisation d’une telle compétition que le Mondial donc, l’ancienne coach du Clermont Foot a conscience du travail qu’il reste à accomplir pour "vendre" la discipline. "On souffre encore de la comparaison avec le football masculin. C’est la même discipline, mais avec des qualités différentes. On ne peut pas nous demander la même chose que les hommes, mais en tout cas on va produire du beau spectacle", annonce ainsi la nouvelle patronne des Bleues.

A lire aussi >> Le football féminin, nouvelle mine d’or pour les chaînes de télévision?

JRe