RMC Sport

EURO 2020 : l'UEFA va en dire plus sur une compétition dans toute l'Europe

Michel Platini

Michel Platini - -

L'idée originale lancée par le président de l'UEFA Michel Platini a séduit tous les pays membres à l'exception de la Turquie.

Sept semaines après avoir approuvé le concept d'un Euro-2020 de football éparpillé dans plusieurs villes du continent, l'UEFA s'apprête à écrire vendredi les grandes lignes d'un projet qui n'était encore qu'"une page blanche" selon les mots de Michel Platini, son président.

L'idée originale lancée fin juin par l'ancien meneur de jeu français a séduit tous ses pays membres à l'exception de la Turquie, si bien que lors de son dernier comité exécutif, le 6 décembre à Lausanne, la Confédération européenne de football a dit "oui" à cet "Euro pour l'Europe" qui doit marquer dignement ses 60 ans.

Mais l'UEFA n'était pas allée plus loin qu'adopter le principe d'un Euro itinérant, et seulement pour une édition du tournoi, celle de 2020. Revenait ensuite à son comité des compétitions d'équipes nationales de plancher sur le dossier afin de lui soumettre des propositions concrètes.

Nombre de villes, format du tournoi, possibilité pour les équipes de jouer à domicile, etc. Tout doit être défini, avant que les villes intéressées puissent officiellement faire acte de candidature. Ce sera, si tout va bien, chose faite dès vendredi à Nyon, siège de l'UEFA, ou sinon lors de son congrès le 25 mars à Sofia.

Fair-play financier

"Cette belle idée, un peu folle" comme la résumait en décembre son initiateur, Michel Platini, est en tout cas bien sur les rails. Tout comme l'est la mise en oeuvre du fair-play financier, l'autre grand sujet au menu de l'UEFA en ce début 2013.

Pour l'instant, l'instance de contrôle financier ne s'attelle qu'à vérifier si les clubs en lice dans les compétitions européennes ne présentent pas d'arriérés de paiement importants.

Juste avant Noël, les premières sanctions sont tombées. Si elles se sont limitées à des amendes pour quelques petits clubs, un carton rouge a été en plus infligé à Malaga, privé de la prochaine édition de coupe d'Europe pour laquelle le club espagnol se qualifierait dans les quatre saisons à venir.

Une mesure "absolument disproportionnée et injustifiée" pour les dirigeants andalous.

dossier :

Euro 2021