RMC Sport

Allemagne-Hongrie: un activiste sur le terrain avec le drapeau arc-en-ciel pendant l'hymne hongrois

Lors de la diffusion de l'hymne hongrois, avant le coup d'envoi du match Allemagne-Hongrie à l'Euro, un activiste est entré sur la pelouse en brandissant le drapeau arc-en-ciel, symbole de la cause LGBTQ+.

Un activiste est descendu des tribunes en brandissant un grand drapeau arc-en-ciel pendant l'hymne hongrois mercredi à Munich, avant d'être maîtrisé par la sécurité. Le jeune homme est arrivé dans les dos des équipes du match de l'Euro Allemagne-Hongrie et a couru devant les joueurs, alignés pour écouter les hymnes, avant d'être plaqué au sol et évacué.

Des drapeaux arc-en-ciel aux abords du stade

Cette action survient sur fond de controverse au sujet des droits des homosexuels en Hongrie, où une loi doit entrer en vigueur en juillet pour interdire la diffusion de contenus sur l'homosexualité, comparée à la pornographie, aux mineurs.

L'UEFA, organisatrice de l'Euro, est au centre de cette polémique politico-sportive. En cause: son refus réitéré mercredi de laisser le stade de Munich s'illuminer aux couleurs de la communauté LGBT. Du chef de la diplomatie allemande à la présidence française, de nombreuses capitales européennes ont déploré cette décision de l'instance européenne justifiée par sa volonté de neutralité politique. Son président, le Slovène Aleksander Ceferin, a tenté de se défendre face aux critiques en dénonçant des initiatives "populistes" de gens qui "essaient trop souvent d'abuser des associations sportives à leurs propres fins".

Pour tenter de calmer la tempête, l'UEFA, organisatrice de la compétition qui se déroule dans onze villes de différents pays, a réaffirmé son "engagement ferme" contre l'homophobie et paré sur Twitter son propre logo d'un arc-en-ciel. Cela n'a pas empêché un vaste mouvement de solidarité en Allemagne. Avant le match, plusieurs personnes se sont présentées aux abords du stade avec des drapeaux arc-en-ciel. Cela s'explique notamment par une initiative des organisateurs de la marche des fiertés de Munich, qui avaient prévu de distribuer 11.000 drapeaux aux spectateurs.

Sur un plan plus diplomatique, la présidente de la Commission européenne Ursula von der Leyen a qualifié de "honte" le texte hongrois contesté. La cheffe de l'exécutif européen a fustigé un texte, qui va à l'encontre "des valeurs fondamentales de l'UE". Bruxelles enverra une lettre à Budapest pour exprimer ses "préoccupations" sur le plan légal, a-t-elle précisé. Le gouvernement hongrois a répondu du tac au tac en utilisant le même terme de "honte" pour dénoncer les critiques d'Ursula von der Leyen.

Julien Absalon avec AFP