RMC Sport

Belgique: Nainggolan allume Martinez

Absent de la sélection belge depuis mars 2018, Radja Nainggolan n’a toujours pas digéré sa non-convocation pour la Coupe du monde en Russie. Ce jeudi, le milieu de Cagliari a taclé Roberto Martinez, le sélectionneur des Diables Rouges. Et confirmé la fin de son aventure avec l’équipe nationale.

Sauf catastrophe nucléaire ou tremblement de terre à l’Euro 2020, on ne reverra plus "Ninja" Nainggolan sous le maillot de la Belgique. Absent depuis son dernier match en mars 2018, lors d’un amical victorieux contre l’Arabie Saoudite (4-0), le milieu de 31 ans n’a toujours pas pardonné à Roberto Martinez de l’avoir laissé sur le carreau pour la Coupe du monde en Russie l’an passé.

Le joueur de Cagliari a réglé ses comptes ce jeudi avec le sélectionneur des Diables Rouges, tout en confirmant qu’un changement de technicien n'influencerait pas son choix. "C’est une décision réfléchie. Cela a duré trop longtemps, a lâché celui qui compte 29 apparitions sous le maillot de l’équipe nationale. Si on tire trop longtemps sur un cordon, il finit toujours par se briser. Et cela s’est brisé."

Nainggolan ne réclamait pas une place de titulaire

Un peu comme Karim Benzema, snobé par Didier Deschamps en équipe de France, Radja Nainggolan s’est retrouvé blacklisté par Roberto Martinez. Sans aucune raison valable, selon lui. Pour justifier son absence au Mondial, le technicien a avancé un ego qui ne supporterait pas une place de remplaçant en sélection. Un argument démenti avec vigueur par l’intéressé. "Cette explication a peu de valeur selon moi. Je n’ai jamais demandé une place de titulaire, a-t-il poursuivi lors d’un entretien accordé à la chaîne de télévision britannique Eleven Sports. Je suis absolument convaincu que j’avais ma place dans la sélection. Il ne le pensait pas alors pour moi c’était fini. Son explication n’avait aucun sens."

Nainggolan: "Les gens pensaient que c’était moi le problème"

L’idée d’un Radja Nainggolan agissant comme un poison dans le vestiaire de la sélection a fleuri après sa mise à l’écart. Là encore, le milieu de l’actuel quatrième de Serie A s’en défend. "Les gens pensaient que c’était moi le problème parce que je ne jouais pas avec Wilmots et pas plus avec Martinez. Demandez à n’importe quel joueur si j’ai déjà causé des problèmes en équipe nationale. J’apportais de l’humour dans le groupe, je participais aux activités avec le groupe."

Sans "Ninja" Nainggolan, la Belgique a réalisé un sans-faute lors des éliminatoires de l’Euro 2020 (dix victoires en dix matchs) et se retrouve en tête du classement FIFA. Mais toujours sans le milieu, les Diables Rouges ont fini troisièmes lors du Mondial 2018. Peut-être qu’avec lui, ils auraient été champions du monde à la place des Bleus...

Jean-Guy Lebreton