RMC Sport

Euro 2016, finale Portugal-France : Platini ne viendra pas

-

- - AFP

Michel Platini, l’ancien président de l’UEFA, a décliné plusieurs invitations à assister à la finale de l’Euro 2016 entre la France et le Portugal dimanche soir au Stade de France. Suspendu de toute activité liée au football pour quatre ans, celui qui fut l’un des architectes de cet Euro poursuit actuellement son combat devant les tribunaux suisses.

Les invitations se sont présentées. Elles ont toutes été déclinées. Autorisé à se rendre au Stade de France dimanche soir pour la finale de l’Euro 2016, Michel Platini a refusé l’opportunité. L’ancien président de l’UEFA "ne viendra pas" selon son entourage, cité par l’AFP vendredi. A la tête de l’organisation entre 2007 et 2015, il avait grandement acté pour le nouveau format de cet Euro, à 24 équipes.

>> A lire aussi : Euro 2016 : ce qu'il s'est passé dans le vestiaire et à l'hôtel des Bleus après l'Allemagne

Suspendu de toute activité liée au football pour quatre ans par le Tribunal Arbitral du Sport, l’ancienne gloire de la Juventus aurait pourtant pu se rendre au match. Visiblement, il n’a pas souhaité apparaître publiquement dimanche soir. Pour rappel, Platini a été sanctionné pour le paiement de 1,8 million d’euros reçu en 2011 – sans contrat écrit – pour un travail de conseiller de l’ancien président de la FIFA Sepp Blatter achevé neuf ans plus tôt.

L'entourage de Platini veut toujours croire au complot

Dès le verdict du TAS connu le 9 mai, Platini a annoncé sa démission de la présidence de l'UEFA pour "poursuivre (son) combat devant les tribunaux suisses." L’ancien responsable travaille actuellement toujours à ce dossier et entend annoncer sa démission de vive voix aux fédérations membres de l'UEFA le 14 septembre, jour où l'instance européenne va élire son successeur.

>> A lire aussi : "Il y a eu une menace" : Valcke à l'origine de l'affaire Platini ?

Ce vendredi, Benny Alon, lanceur d'alerte qui avait provoqué la chute de Jérôme Valcke, ex-secrétaire général de la Fifa, a assuré devant la presse que ce dernier était à l'origine des ennuis de Platini. L’entourage de Platini a réagi à ce témoignage de Benny Alon. "Il démontre qu'il y a bien eu un complot politique contre Michel Platini, monté par les dirigeants de la Fifa, pour l'empêcher d'en devenir le président. Avec un double objectif: protéger leurs positions de pouvoir et les prébendes financières, dont ils jouissaient."

>> A lire aussi : Euro 2016 : quand Griezmann se glisse dans la peau de Drake et de François Hollande

dossier :

Euro 2016

la rédaction avec l'AFP