RMC Sport

Euro 2016 : la Slovaquie marche enfin seule

Marek Hamsik, star et leader technique de l'équipe slovaque

Marek Hamsik, star et leader technique de l'équipe slovaque - AFP

Indépendante depuis 1993, la Slovaquie n’a depuis participé à aucun Euro. Un vide enfin comblé en France. Avec son étoile Marek Hamsik, meilleur buteur de sa sélection lors des qualifications, elle espère faire mieux que sa voisine la République tchèque, présente pour la sixième fois de suite.

Juin 1976 à Belgrade. La Tchécoslovaquie perd la finale de l’Euro aux tirs au but contre l’Allemagne de l’Ouest. Dans le zone titulaire tchécoslovaque, on trouve joueurs originaires de l’actuelle Slovaquie. Partie prenante des réussites sportives de son ancien pays, cette dernière n’a pas connu une trajectoire à la hauteur de sa gloire passée depuis son indépendance obtenue début janvier 1993.

Alors que la République tchèque se qualifiait pour six Euros consécutifs, sa plus petite voisine aura attendu 2016 pour découvrir enfin le grand rendez-vous continental en solo. Sans doute en partie une question de potentiel humain avec une population qui va du simple au double entre les deux.

Hamsik à la baguette et à la finition

Déjà présente à la Coupe du monde 2010, où elle avait atteint les huitièmes, la Slovaquie a montré de beaux progrès lors des éliminatoires en obtenant un ticket direct pour la France avec sa deuxième place de groupe (7 victoires, 1 nul, 2 défaites) derrière l’Espagne (à qui elle a infligé sa seule défaite) et devant l’Ukraine. Sa victoire 2-1 contre la Roja en octobre 2014, même si cette dernière restait encore traumatisée de sa piteuse Coupe du monde au Brésil, restera comme le moment clé de la qualif. Et une date à marquer d’une pierre blanche comme le jour où la Slovaquie a montré qu’elle pouvait rivaliser avec un grand d’Europe.

Pourra-t-elle faire de même à l’Euro ? Compliqué. Mais avec le talent XXL d’un Marek Hamsik (Naples), manieur de balle génial et meilleur buteur de sa sélection lors des éliminatoires avec 5 réalisations, sans oublier l’expérience défensive d’un Martin Skrtel (Liverpool), viser les huitièmes ne paraît pas mission impossible. Avec dans un coin de la tête du sélectionneur Jan Kozak l’espoir secret de faire mieux que l’encombrante voisine de République tchèque.

>> Euro 2016 : Slovaquie, première !

>> Euro 2016 : le onze-type des qualifs

>> Les fiches des 24 équipes de l'EURO 2016