RMC Sport

Euro 2021: troisième victoire pour l'Italie avec Verratti décisif, le pays de Galles qualifié

Le pays de Galles a été battu par l'Italie (0-1), qui réalise un sans-faute dans le groupe A de l'Euro, mais se qualifie tout de même pour les huitièmes de finale.

Roberto Mancini n’a pas fini d’avoir des maux de tête. Le sélectionneur italien n’a pas hésité à laisser huit de ses titulaires sur le banc et à renouveler son trident offensif pour le dernier match de poules de la Squadra Azzurra, contre le pays de Galles. Bien lui a pris, puisque l’Italie a fini par s’imposer (1-0), une 11e fois d’affilée sans encaisser de but, contre les Dragons, malgré ce très large turnover. Ce 30e match consécutif sans défaite offre la première place du groupe aux Azzurri, déjà qualifiés pour les huitièmes de finale de l'Euro après leurs deux belles victoires contre la Turquie et la Suisse (deux fois 3-0).

L’Italie ne sait plus perdre, ni prendre de but

Roberto Mancini et son Italie renaissante n'ont (encore) rien gagné, mais le sélectionneur est entré dans l'histoire du calcio en égalant un record d'invincibilité vieux de plus de 80 ans. Avec le Parisien Marco Verratti, de retour sur les terrains comme titulaire six semaines après sa blessure au genou droit, les remplaçants italiens ont montré qu’ils avaient envie d’exister dans la compétition. Sans ses titulaires habituels, l’Italie a évolué différemment sur le terrain, avec les qualités de percussion de Chiesa sur le côté droit, profitant également du rayonnement de Marco Verratti, passeur décisif sur l’ouverture du score (39e).

Absent de la feuille de match lors des deux premières rencontres, Verratti s’est illustré dans son registre, en délivrant de très belles passes, en prenant des initiatives. On l’aura même vu tenter sa chance de loin en première période. Le grand espoir du football italien Matteo Pessina a parfaitement coupé de la tête au premier poteau l’un de ses centres pour tromper le gardien gallois. Au moment où elle semblait avoir le contrôle de la partie, l’Italie a perdu Leonardo Bonucci, remplacé à la pause par Acerbi. Elle s’est ensuite retrouvée en supériorité numérique, à dix contre onze, après l’expulsion du défenseur Ethan Ampadu (55e), pour une semelle trop appuyée sur la cheville de Bernardeschi.

L’énorme raté de Gareth Bale

En gestion totale, l’Italie a joué à se faire peur, parfois, mais elle a surtout maintenu la pression dans le camp des Gallois, complètement asphyxiés dans leur propre moitié de terrain. Plus tranchante, à l’image duels gagnés par l’explosif Chiesa dans le un contre un, plus inspirée, l’Italie s’est procuré maintes occasions d’aggraver le score au tableau d’affichage. Mais les hommes de Mancini sont tombés sur le poteau ou un Ward vigilant. Ils ont aussi profité de la maladresse de Gareth Bale, qui a bien failli punir la passivité italienne pour ajuster Gianluigi Donnarumma. Absolument seul face au but, le Madrilène, assez effacé par ailleurs, a envoyé sa reprise au-dessus du but italien.

Sans conséquence pour son équipe qui, grâce au résultat de l’autre match (victoire 3-1 de la Suisse contre la Turquie), finit deuxième du groupe et se qualifie pour les huitièmes de finale. Le pays de Galles jouera contre le deuxième du groupe B (Russie, Finlande ou Danemark) à Amsterdam, le 26 juin. Quant à l’Italie, elle défiera le deuxième du groupe C (l’Ukraine ou l’Autriche qui vont s’affronter) à Wembley, le 26 juin. Sans Gianluigi Donnarumma ? Le gardien italien est sorti en fin de match, remplacé pour les dernières minutes par Salvatore Sirigu. Avec le sourire, ce qui est plutôt rassurant pour le futur Parisien.

QM