RMC Sport

Euro: après enquête de l'UEFA, Neuer pourra garder son brassard arc-en-ciel

L'UEFA avait ouvert une enquête sur le brassard arc-en-ciel de Manuel Neuer, qu'il porte en soutien à la communauté LGBT dans cet Euro. La sélection allemande ne sera finalement pas sanctionnée.

Manuel Neuer n’aura pas à changer ses équipements pour son dernier match de poules, face à la Hongrie (mercredi, 21h). Le capitaine allemand a été autorisé à garder son brassard arc-en-ciel par l’UEFA, qui avait ouvert une enquête à ce sujet. L’instance cherchait à déterminer si ce symbole, arboré en soutien à la communauté LGBT, avait une connotation politique. Elle a finalement considéré qu’il défendait une "bonne cause" : il ne sera donc pas sanctionné.

C’est la Mannschaft qui l’a elle-même annoncé sur son compte Twitter. "L’UEFA a informé la Fédération allemande dimanche soir qu’elle cessait son enquête sur le brassard de capitaine porté par Manuel Neuer, peut-on y lire. Le motif arc-en-ciel est un symbole en faveur de la diversité et donc pour une "bonne cause"." A cause de cette enquête, la sélection encourait potentiellement une amende, mais devrait donc y échapper.

L'Allianz Arena aux couleurs de l'arc-en-ciel ?

A priori, le portier pourra continuer à arborer ce brassard jusqu’à la fin du mois de juin, comme c’était prévu initialement. L’opération se tient dans le cadre du "Pride month", le mois des fiertés, qui célèbre les différentes orientations sexuelles et identités de genre. Neuer a notamment porté le brassard aux couleurs du drapeau LGBT lors du match face à la France. L’ouverture d’une enquête par l’UEFA avait scandalisé les associations contre l’homophobie outre-Rhin.

En Allemagne, tout le monde n’est pas pour autant favorable au choix coloré de Neuer. Uwe Junge, membre du parti d'extrême-droite AFD, l’a notamment qualifié de "brassard de pédés". La vision de l’Allianz Arena, mercredi, pourrait lui donner de l’urticaire: la mairie de Munich envisage d’illuminer le stade aux couleurs de l’arc-en-ciel pour soutenir "la diversité et la tolérance". Un pied de nez à la Hongrie et à son parlement, récemment épinglé pour une loi homophobe.

Corentin Parbaud Journaliste RMC Sport