RMC Sport

Euro: l'UEFA enquête sur le brassard arc-en-ciel de Neuer

En soutien à la communauté LGBT, Manuel Neuer porte un brassard arc-en-ciel depuis le début de l'Euro 2020. L'UEFA, qui y verrait potentiellement un signe politique, a ouvert une enquête à ce sujet, d'après la presse allemande.

Pour l’Allemagne, brillant tombeur du Portugal (4-2) samedi, cet Euro 2020 ne se limite pas au sportif. Depuis le début de la compétition, la sélection s’est engagée dans un combat contre l’homophobie, qui se symbolise notamment par le brassard arc-en-ciel porté par Manuel Neuer à chaque rencontre. Une initiative qui a mené l’UEFA à ouvrir une enquête, selon les informations de la N-tv, une chaine de télévision privée allemande.

Pour l’instance dirigeante, ce brassard pourrait être considéré comme un signe politique, ce qui est interdit. La fédération allemande encourrait une amende. L’opération se tient dans le cadre du "Pride month", le mois des fiertés, qui célèbre les différentes orientations sexuelles et identités de genre. Neuer a notamment porté le brassard aux couleurs du drapeau LGBT, lors du match face à la France.

Un stade arc-en-ciel mercredi ?

La potentielle amende de l’UEFA a scandalisé outre-Rhin. Interrogé par N-tv, Christian Rudolph, représentant de l’"association allemande des gays et lesbiennes", s’est emporté : "C'est un signe terrible. […] L’UEFA doit réfléchir à qui elle représente. Ce mois-ci, nous voulons envoyer un signal à tous les athlètes de la communauté LGBT. Il était important pour nous que Neuer puisse porter le brassard de capitaine arc-en-ciel pendant tout le mois."

Le débat pourrait bien revenir sur le tapis lors du dernier match de poule de l’Allemagne, face à la Hongrie (mercredi, 21h). Le maire de Munich, Diter Rieter, souhaiterait en effet illuminer le stade de l’Allianz Arena aux couleurs arc-en-ciel, conformément aux engagements de la ville "pour la diversité et la tolérance". D’autant plus symbolique que le parlement hongrois est souvent épinglé pour ses lois homophobes, alors qu’une banderole insultante a été saisie par l’UEFA après le dernier match de la sélection magyar.

Corentin Parbaud Journaliste RMC Sport