RMC Sport

Un match de légende Maradona-Pelé avant l’Euro

-

- - AFP

Les deux icônes du football Pelé et Diego Maradona se sont affrontés jeudi en tant qu’entraîneur lors d'un match amical à Paris. Le génial argentin a même fait son entrée en jeu en deuxième période pour jouer aux côtés d’anciennes gloires du ballon rond.

Il régnait une certaine effervescence au Palais-Royal jeudi à Paris. Les deux monstres sacrés du football Pelé et Diego Maradona ont participé, en tant qu’entraineur, à un match amical organisé la veille de l’Euro 2016.

Si Maradona (55 ans) a fait son entrée en jeu en seconde période de ce match de 30 minutes, Pelé (75 ans), affaibli, s'est contenté de suivre la rencontre sur le bord du terrain.

>> A lire aussi: Pogba : « Quand je joue pour le pays, je n’ai pas envie de décevoir »

>> A lire aussi: Euro 2016 : à quoi va ressembler la cérémonie d’ouverture

Equipes de rêve

Une centaine de médias du monde entier avaient fait le déplacement pour voir les deux N°10 de légende diriger ce match à 5 contre 5, sur un petit terrain aménagé au Palais Royal, en plein centre de Paris. L'équipe de Maradona, composée des anciennes gloires Angelo Peruzzi, David Trezeguet, Marco Materazzi, Ciro Ferrara et Clarence Seedorf, a été tenue en échec (8-8) par l'équipe de Pelé, emmenée par Rio Ferdinand, Dida, Bebeto, Hernan Crespo, et Fernando Hierro.

>> A lire aussi: Euro 2016 : Qui es-tu Viktor Kassai, l’arbitre hongrois de France-Roumanie ?

>> A lire aussi: Euro 2016 : "Mon record va être battu" annonce Platini

« Nous avons besoin de figures comme lui »

Après le match, l’Argentin et le Brésilien se sont rendus un hommage appuyé devant un public venu en nombre : « Le plus important c'est le message de paix. Merci beaucoup à mon ami Maradona pour cette opportunité, je demande un grand applaudissement pour lui », a déclaré Pelé. Puis le « Pibe de Oro » a répondu à l’icône brésilienne : « Je veux remercier Pelé, on sait qui il est et qui il restera. Nous avons besoin de figures comme lui », a conclu Maradona.

B.Duguine avec l'AFP