RMC Sport

Arsenal-Olympiacos: les Gunners passent en tremblant, Pepe a vendangé

Bousculé et même battu par l'Olympiacos à l'Emirates Stadium ce jeudi soir en huitième de finale retour de Ligue Europa (1-0), Arsenal s'est tout de même qualifié pour les quarts grâce à sa victoire aller (3-1).

Une revanche après l'affront de 2020, une qualification, et c'est tout. Victorieux la semaine passée à Athènes (3-1) en huitième de finale aller, Arsenal a validé ce jeudi soir son billet pour les quarts de finale de la Ligue Europa. Mais il l'a fait en perdant le match retour contre l'Olympiacos à Londres (1-0). Sans briller, sans montrer grand-chose, comme beaucoup trop souvent cette saison.

Dixièmes en Premier League, à sept points du Top 5, et éliminés des deux coupes nationales, les Gunners n'ont plus que cette C3 pour tenter de remporter un trophée cette saison, et d'être européens la prochaine. Mais pour cela, il leur faudra élever leur niveau de jeu.

>>> Abonnez-vous à RMC Sport et profitez en exclusivité de la Ligue Europa

Pepe et Aubameyang ont vendangé

Privé de Saka et Willian, Arsenal a pourtant semblé maitriser le début de match, malgré une petite frayeur lorsque El-Arabi a buté sur Leno (20e). Pepe s'est procuré une grosse occasion (18e), Aubameyang aussi (24e), sans conforter l'avance.

Mais au retour des restiaires, El-Arabi a cette fois profité d'une perte de balle de Ceballos puis d'une déviation heureuse de Gabriel pour ouvrir le score (1-0, 51e). Et le club londonien, au lieu de repartir de l'avant pour refroidir les Grecs, s'est soudainement mis à paniquer et à bafouiller son football.

Certes, Pepe a failli égaliser, mais son coéquipier Smith-Rowe a détourné sa frappe de la tête (60e). Et c'est bien l'Olympiacos qui a pris le contrôle des débats, sous les yeux d'un Mikel Arteta particulièrement agacé. Aubameyang a toutefois eu une autre énorme occasion de faire trembler les filets en contre, mais il a complètement manqué son piqué face à José Sa (80e). Et il a fallu une expulsion assez sévère de Ba, en fin de partie (83e), pour que les Gunners puissent enfin souffler... Assez triste.

C.C.