RMC Sport

Bordeaux-Copenhague (sur RMC Story): Ricardo, le gentleman fait l’unanimité

Nommé il y a un mois après l’éprouvant feuilleton Gustavo Poyet, Ricardo a réussi à ramener de la sérénité à Bordeaux, qui n’a perdu qu’un seul de ses cinq derniers matchs. Le Brésilien a convaincu les joueurs, qui affrontent Copenhague ce jeudi en Ligue Europa (18h55, en direct et en clair sur RMC Story).

Ricardo fêtera ce vendredi l’anniversaire de son retour sur le banc de touche bordelais. Nommé le 5 septembre dernier, le Brésilien espère évidemment célébrer ce premier mois avec un bon résultat face à Copenhague, que les Girondins affrontent ce jeudi en Ligue Europa (18h55, en direct et en clair sur RMC Story). Après l’agitation du départ de Gustavo Poyet, l'échec de la piste Thierry Henry et l’intérim compliqué assuré par Eric Bedouet (qui reste officiellement le n°1 d’un point de vue administratif puisque Ricardo n’a pas ses diplômes français), l’ancien défenseur du PSG peut déjà se targuer d’avoir ramené de la sérénité dans l’équipe.

>> Cliquez ici pour vous abonner aux offres RMC Sport et suivre Bordeaux en Ligue Europa

Son bilan en championnat est bon (deux victoires, deux nuls) puisque Bordeaux est désormais 9e, alors qu’il était avant-dernier lors de sa prise de fonction. Le technicien a connu la défaite à une seule reprise lors d’une pénible soirée à Prague en Ligue Europa (1-0). Voilà pour les chiffres.

Dans le jeu, le technicien a permis à l'équipe de se stabiliser défensivement. Sur les trois dernières rencontres de L1, Bordeaux n'a pris qu'un but sur penalty à Guingamp. Pas étonnant pour un entraîneur qui a fait de la défense sa marque de fabrique. Lors de son premier passage au club (2005-07), il avait remporté une Coupe de la ligue et terminé 2e en championnat (en 2005-06, 25 buts encaissés) grâce à ce secteur de jeu. 

Bédouet: "C'est vraiment quelqu'un de bien"

De ce premier passage en Gironde, il a aussi conservé une cote de sympathie très élevée. Depuis son retour, il fait l’unanimité. On l'appelle même "le gentleman" dans les couloirs du Haillan. Le nouveau manager a retrouvé ses automatismes avec son staff, le même qu'entre 2005 et 2007. Eric Bédouet a, lui, retrouvé un ami. "Il a beaucoup travaillé pour revenir à ce niveau-là (après un AVC qui a failli lui coûter la vie en août 2011, ndlr), c’est tout à son honneur, confie ce dernier. Faire un métier comme ça, c’est tout à son honneur, c’est vraiment quelqu’un de bien."

Costil: "C’est un vrai monsieur, très charismatique"

Surtout, les joueurs ont adhéré à son style de management. "C’est quelqu’un qui a une forte personnalité, abonde Benoit Costil, le gardien. C’est un vrai monsieur, quelqu’un de très charismatique, on espère qu’il nous apportera tout ce qu’il peut nous apporter." Sur le terrain, pendant les entraînements, Ricardo est en retrait, n'intervient pas lors des différents exercices mais n'hésite pas à échanger individuellement avec ses joueurs. 

Son côté "paternaliste" et "charismatique" ressort beaucoup. Son état de santé n'inspire pas d'inquiétude, même si le Brésilien a encore quelques séquelles au niveau de la hanche et de son bras droit. Son discours et son affection pour ses joueurs ont en tout cas pour le moment convaincu le groupe. Si Eric Bédouet répond aux protocoles médias d'avant et après-match, c'est bien Ricardo qui choisit les joueurs et défère. Même les plus jeunes. "Ça fonctionne bien avec le groupe", conclut Jules Koundé. 

NC avec Nicolas Paolorsi