RMC Sport

L'UEFA ouvre des procédures disciplinaires contre l'OL et Besiktas

-

- - -

L'UEFA a ouvert des procédures disciplinaires contre Lyon et Besiktas ce vendredi, après les violences dans les tribunes et l'envahissement du terrain lyonnais par des spectateurs jeudi soir lors du quart de finale aller de Ligue Europa (2-1).

Procédures disciplinaires contre l'OL et Besiktas. L'UEFA les a ouvertes ce vendredi, au lendemain de la victoire lyonnaise (2-1) marquée par des incidents au Parc OL. Lyon est notamment visé pour "organisation insuffisante" concernant la "séparation" des fans turcs et lyonnais. Est également reproché au club français l'envahissement de la pelouse par des supporters "après le deuxième but de l'Olympique lyonnais", indique l'UEFA dans son communiqué.

Besiktas est poursuivi notamment pour "lancer de projectiles" et "troubles" dans le public. Ni la date de l'audience ni celle du verdict n'ont été encore déterminées, a précisé l'UEFA, qui ajoute que "davantage d'information sur le sujet suivra dans les prochains jours."

A voir aussi >> OL-Besiktas: "La France n’est pas forcément préparée à gérer ce genre d’incidents", déplore Hourcade

Le match, qui s'est joué au Parc OL à Décines-Charpieu, aux portes de Lyon, a débuté jeudi soir avec trois-quarts d'heure de retard, à 21H50, en raison de l'envahissement de la pelouse par des dizaines de supporters lyonnais du virage Sud. Ces derniers voulaient alors se protéger des projectiles et des pétards lancés depuis le haut des tribunes.

A voir aussi >> OL-Besiktas: "un scandale", "des animaux"... des supporters qui ont quitté le Parc OL avant le match témoignent

Des affrontements avaient débuté aux abords du stade deux heures avant la rencontre entre fans des deux équipes et des bagarres ont ensuite éclaté dans les tribunes. Quelque 15.000 à 20.000 supporters turcs, pour la plupart venus de France ou de pays voisins, étaient disséminés au milieu des 35.000 spectateurs lyonnais, en plus des 3.000 Stambouliotes installés dans le parcage visiteurs.

AFP