RMC Sport

Ligue Europa: Laurey justifie sa gestion de joueurs

A la veille du match retour du troisième tour préliminaire de Ligue Europa entre Strasbourg et le Lokomotiv Plovdiv (20h30 sur RMC Sport), Thierry Laurey confie que certains organismes ont déjà été un peu entamés par l'enchaînement des matchs. Mais ne veut surtout pas se plaindre de coacher une équipe évoluant en Coupe d'Europe.

Strasbourg poursuit son marathon européen, en marge du championnat. Après son match nul dimanche contre Metz (1-1) lors de la première journée de Ligue 1, le club alsacien reçoit ce jeudi le Lokomotiv Plovdiv (20h30 sur RMC Sport), pour le match retour du troisième tour préliminaire de Ligue Europa. Avec déjà un peu de fatigue.

"Les organismes souffrent beaucoup"

"Gérer me semble évident. Quand on a joué le Maccabi Haïfa (au deuxième tour), il n'y avait pas de match le week-end. Mais il faisait excessivement chaud, à l'aller ici ou à Haïfa. A l'aller à Plovdiv aussi. On dépense pas mal d'énergie, confirme Thierry Laurey en conférence de presse. Souvent en France, on a ces matchs rapprochés mais c'est plutôt dans les périodes hivernales. Là on est vraiment en surchauffe et les organismes souffrent beaucoup. Il faut veiller à ce que chacun soit à 100% de ses possibilités."

>>> Cliquez ici pour profiter de nos offres et suivre Strasbourg en coupe d'Europe

"La chance qu'on a, c'est qu'on a des joueurs qui, durant les matchs amicaux, ont montré qu'on pouvait compter sur eux, poursuit l'entraîneur en évoquant la rotation. Forcément, certains ont plus de temps de jeu que d'autres. Mais aux autres de faire tout ce qui est nécessaire pour gratter du temps de jeu."

Laurey assume son turn-over

Une gestion à travers un turn-over mais pas d'inquiétude. Et surtout pas de plaintes. "Je n'ai pas dit qu'on était fatigués mais qu'en prévision de la suite de la saison, il est nécessaire de ne pas cramer tout le monde trop tôt, insiste Thierry Laurey. On ne va pas se plaindre, on est heureux de jouer des matchs tous les trois ou quatre jours. Ce sont des 'problèmes de riches' - à croire qu'on est devenus riches - et quand tu joues la coupe d'Europe ou les qualifications, tu as forcément beaucoup de matchs à gérer. Et un effectif qui va avec."

Ses changements, le coach les assume. "Certains feraient peut-être moins tourner que nous, mais c'est parce qu'on pense avoir l'effectif capable de répondre présent. Si demain on se prend les pieds dans le tapis en perdant 3-0, on me tombera dessus, c'est une évidence." En cas de qualification, Strasbourg se frottera à Francfort en barrage.

A.Bo avec N.P et S.R