RMC Sport

Ligue Europa - Sagnol: "On a le devoir de jouer cette compétition à fond"

Bordeaux reçoit le club chypriote de l’AEK Larnaca ce jeudi en match match aller du troisième tour préliminaire de Ligue Europa (20h30). Prudent mais confiant, l’entraineur des Girondins Willy Sagnol estime que ses joueurs ont les armes pour voir plus loin.

Willy Sagnol, quelle importance donnez-vous à ce match de Ligue Europa par rapport au championnat ?

C’est un match européen. Il a la même importance qu’un match de championnat, de Coupe de la Ligue ou de Coupe de France. C’est un match officiel, qui plus est à Bordeaux, donc on se doit de le remporter. On a essayé de se préparer pour le début de cette compétition et également pour avoir un niveau athlétique suffisant jusqu’en décembre. Le match arrive après cinq semaines et demi de préparation et je crois aussi que les joueurs ont hâte que ça commence.

Y a-t-il chez vos joueurs une appréhension particulière ?

On n’a ni à avoir peur, ni à craindre, ni à sous-estimer ou surestimer nos adversaires, quels qu’ils soient, en championnat et en Coupe d’Europe. Ce qu’il y a de bien avec la Coupe d’Europe, c’est qu’on sait qu’il n’y a aucun match facile. Les joueurs sont prévenus. Il faut élever son niveau de jeu, son niveau de concentration et son niveau de discipline pour se mettre à l’abri d’une mauvaise surprise. 

« L’objectif de pratiquer un football d’attractif »

Quelles seront les armes des Girondins ?

Face à l’expérience, on a des armes à fournir, notamment l’envie et la volonté de faire le meilleur des parcours parce que le club le mérite. Il s’est doté d’un bel outil de travail avec ce nouveau stade. Pour le club ainsi que pour son image, c’est extrêmement important de ne pas galvauder cette Coupe d’Europe. Et par respect pour les performances des joueurs de l’an passé, qui ont tout donné pour accrocher la dernière place qualificative, on a le devoir de jouer cette compétition à fond.

Pouvez-vous définir le projet de jeu de Bordeaux cette saison ?

L’objectif, c’est toujours de pratiquer un football qu’on peut qualifier d’attractif. Je ne veux pas aller jusqu’à dire spectaculaire. On a besoin, en France, d’essayer de jouer pour fidéliser tout le monde derrière notre football. On voit que notre football, au niveau de nos institutions, est un peu en crise et on a besoin de tout le monde : les supporteurs, les institutions, les clubs, les joueurs, les entraineurs. On a besoin de tout le monde pour essayer, avec nos moyens qui sont les nôtres, de pouvoir pratiquer un football intéressant.

M.D