RMC Sport

Monaco: Alexander Nübel, des débuts compliqués pour le gardien prêté par le Bayern

Prêté deux ans par le Bayern Munich, l’international espoir allemand (17 sélections) est arrivé en Principauté dans la peau du futur Manuel Neuer. Moins de deux mois plus tard, Alexander Nübel déçoit.

Il y a la réputation et les prestations. Encensé dans son pays natal, Alexander Nübel débarque fin juin sur le Rocher pour concurrencer un Benjamin Lecomte blessé lors de la préparation et régulièrement en difficulté la saison dernière. Lors de sa conférence de présentation, alors entouré par le directeur sportif de Monaco Paul Mitchell et le vice-président Oleg Petrov, le coach Niko Kovac tresse des lauriers à sa nouvelle recrue ventant son calme balle au pied, sa faculté à relancer du droit comme du gauche et son importance dans les un contre un. Le portier de 24 ans (il en aura 25 le 30 septembre) se montre lui plus mesuré: "Ce sera dur au début, mais le fait de rester deux ans va me permettre d'être plus tranquille pour retrouver mon niveau."  

Son arrivée à Monaco suscite alors l’enthousiasme des observateurs et des supporteurs monégasques car une image colle à la peau du géant (1,93m): celle du successeur de Manuel Neuer. "Beaucoup de personnes voient en lui le nouveau Manuel Neuer parce qu’ils font la même taille, se sont révélés dans le même club de Schalke et ont le même début de parcours" explique David Verhoff, journaliste pour Bild. Quelques journées de championnat et quatre matchs de qualifications européennes plus tard, l’euphorie a laissé place au doute.

>> Découvrez les offres de RMC Sport et suivez en direct Monaco-Sturm Graz en Ligue Europa

Fautif à de nombreuses reprises

Une mauvaise relance contre le Sparta Prague lors du troisième tour préliminaire de Ligue des champions amenant l’unique but des Tchèques (3-1), une faute de main contre le RC Lens à Louis-II (0-2), une passivité sur de nombreuses tentatives adverses puis lobé à deux reprises par son propre défenseur Ruben Aguilar, il y a meilleure entrée en matière. Les statistiques du gardien allemand sont difficiles à encaisser, avec 50% de tirs arrêtés, il est l’un des pires gardiens de Ligue 1 dans ce domaine.

"Le mauvais début de saison n’a pas été simple pour Alex, avoue l'un de ses proches. Il n’est pas satisfait mais sait que l’équipe a besoin d’une attitude et d’une énergie positive." Car à l’image du gardien, c’est le club entier qui souffre.

Devant, la paire Ben Yedder-Volland, 36 buts la saison dernière, n’a toujours pas trouvé le chemin des filets en championnat mais dans les moments difficiles, le gardien fait toujours un bouc-émissaire idéal regrette Niko Kovac, protecteur: "Quand vous perdez trois matchs sur cinq en Ligue 1, vous devez trouver des raisons et on se penche souvent sur le gardien mais sur tous les buts qu’il a concédés en Ligue 1 (7 en 5 matchs) il n’était pas responsable, il y a eu beaucoup de face-à-face avec les attaquants. Il a besoin d’arrêts décisifs, de clean-sheet et de soutien de la part de ses coéquipiers." Un soutien que lui a apporté Youssouf Fofana quelques jours après son erreur ayant coûté le but face au Sparta: "A Prague il nous a sauvé la mise et je ne l'ai pas vu écrit ni entendu. Je ne vois pas pourquoi on devrait lui tomber dessus maintenant."

Jean-Luc Ettori, trois fois vainqueur du championnat de France et de la Coupe de France avec l’AS Monaco se montre lui plus critique: "Ce qui me surprend c’est qu’on en faisait un atout numéro un parce qu’il était la doublure de Neuer au Bayern mais aujourd’hui c’est plus un inconvénient. Il faut être sérieux, il ne jouait quasiment pas, ce n’est pas parce qu’on arrive en France que c’est plus facile. On nous disait que c’était un super joueur au pied… c’est sûr que je ne l’ai pas encore vu se servir de ses mains. J’espère qu’il va se ressaisir, qu’il va montrer qu’il a vraiment un potentiel car pour le moment je n’en sais rien, je suis déçu et inquiet."

A cela peut s’ajouter un manque de communication. En ne maîtrisant pas le français, Alexander Nübel peine à placer sa défense et à se faire entendre. Calme au quotidien, certains observateurs reprochent au portier allemand de l’être également un peu trop sur le terrain.  

Lionel Charbonnier préfère nuancer: "Il ne faut pas tout remettre en cause car il n’est vraiment pas aidé par sa défense. On n’est pas habitué en France à voir ce style de gardien à l’allemande. Il y a quelques années, Köpke était arrivé à l’OM dans la peau d’un très grand gardien mais il avait aussi connu des difficultés. Là, on le compare à Neuer mais Neuer à une autre envergure, il est plus imposant dans ses sorties. Quand tu vois Nübel face à Dieng contre l’OM, il sort comme Neuer mais couvre moins de surface, bouche moins d’angle parce qu’il n’a pas la même carrure, analyse le champion du monde 1998 et consultant pour RMC Sport. Il ne coûte pas de points mais pour l’instant il n’en fait pas gagner. Quand je jouais à Auxerre, Guy Roux me disait: 'Il faut que tu gagnes au minimum entre 12 et 15 points par saison.' Pour cela, il doit remporter des face-à-face ce qui va redonner de la confiance à sa défense. C’est certainement un très bon gardien mais qui doit encore travailler sa vitesse de jambes et sa vivacité d’appuis, je le vois trop sur les talons, les pieds plats et souvent sur les fesses. Je le vois quand même au-dessus des gardiens passés récemment à Monaco, il doit juste retrouver confiance." Une confiance perdue depuis sa dernière expérience bavaroise, aboutissement d’une belle progression.  

Ses débuts à Munich l’ont affecté  

Après une éclosion sous le maillot de Paderborn, son club formateur, Alexander Nübel rejoint Schalke en 2015. Le jeune gardien apprend, dans l’ombre de Ralph Fährmann, au sein d’un club visant la Ligue des champions. Nübel commence à se faire sa place, devient petit à petit numéro 1 mais le climat n’est pas serein, Schalke connaît des difficultés en interne. "Il n’a jamais été dans une équipe en confiance, confirme Polo Breitner, spécialiste du foot allemand et consultant pour RMC Sport. On l’a lancé dans le grand bain quand le club s’écroulait, le Président Tonnies est parti pour cause de racisme, les coachs s’enchaînaient, il y a eu beaucoup de licenciements dans l’organigramme…  Au milieu de tout ça, la gestion des gardiens était compliquée, Nübel était placé sur le banc puis titulaire puis à nouveau sur le banc, il n’y avait pas de hiérarchie, c’est une des raisons pour laquelle Schalke est descendu."

Dans ce tumulte, Nübel est tout de même désigné capitaine du club et prend confiance. Christian Heidl, ex-directeur des sports à Gelsenkirchen (jusqu’en février 2019 où il rejoint Mayence), a tardé à le faire prolonger, faute de garanties sur sa capacité à évoluer au très haut niveau. Lorsque son remplaçant Jochen Schneider tente de convaincre le gardien de rester dans la Ruhr, des cadors se sont déjà positionné sur le futur prodige.

Parmi eux, le Bayern Munich "Alex et son agent ont décidé de rejoindre le Bayern à la fin de son contrat en sachant ,que Manuel Neuer était et resterait numéro 1. Il était clair qu’Alex n’allait avoir aucune chance de jouer à Munich", regrette aujourd’hui Christian Heidl. Surtout que les titres de la presse allemande font vaciller le gardien "Quand les rumeurs sont sorties comme quoi il allait rejoindre le Bayern, il a perdu le brassard de capitaine et a commencé à faire beaucoup d’erreurs", rapporte David Verhoff.

En juillet 2020, Nübel rejoint l’ogre bavarois, libre et ambitieux. "Alex veut détrôner Neuer sur le moyen terme. Quand on va au Bayern, c’est pour s’y imposer", explique son agent dans les colonnes du magazine 11Freunde, ce que Nübel n’a pas réussi à faire. "Toni Tapalovic, l’entraîneur des gardiens au Bayern, est très proche de Neuer, je pense que ç’a eu un impact sur Nübel qui n’a que très peu joué avec Munich, ça l’a affecté. Quand il a commencé à s’imposer à Schalke, il avait beaucoup confiance en lui, il savait qu’il était bon. Quand tu arrives à Munich, tu es tout petit au milieu des nombreuses stars et le fait de ne pas jouer ne l’a pas aidé", estime son agent.

Face à lui, Manuel Neuer ne cède aucun terrain. Le titulaire de la Nationalmannschaft s’oppose clairement à l’idée de son directeur sportif, Hasan Salihamidzic, essayant tant bien que mal de négocier quinze matchs pour sa doublure au cours de la saison. Il ne jouera qu’un match de coupe, un de championnat et deux de Ligue des champions.  

Une belle réputation souvent incomprise  

C’est donc après avoir constaté que l’avenir était bouché sur le court terme à Munich que Nübel est arrivé en prêt à Monaco, toujours dans cette peau de doublure de Manuel Neuer et dans l’optique de revenir pour chiper la place du gardien aux 106 sélections avec l’Allemagne. "Pour ça il doit être plus confiant en ses qualités et passer des paliers parce que le Bayern l’attend, assure David Verhoff. Ils veulent le récupérer comme un très bon gardien qui a pris de l’expérience à l’étranger" et à l’abri des regards. "La presse allemande ne suit pas vraiment ses débuts avec Monaco, nous avons parlé de ses erreurs au pied lors du troisième tour préliminaire de Ligue des champions mais c’est presque tout, des articles seront certainement fait à la fin de la première année pour faire le bilan", pense Verhoff

Un bilan qui, après deux mois, permet à Dirk große Schlarmann, journaliste pour Sky Deutschland, de confirmer ses doutes sur Alexander Nübel: "Je n’ai jamais compris ces nombreux journalistes qui l’annonçaient comme un très bon gardien. Avec Schalke, il a fait de très bons débuts, de grands matchs, mais n’a pas réussi à garder ce niveau. Il a enchaîné les erreurs sur pas mal de rencontres. Lui et son agent l’expliquaient par la situation compliquée du club qui se battait alors pour le maintien mais je pense qu’il n’était tout simplement pas assez bon. Je n’ai jamais compris pourquoi le Bayern a décidé de l’acheter. Il est talentueux mais pas assez pour une top équipe européenne."

Polo Breitner émet lui aussi quelques réserves: "Ce tel engouement autour de lui est une énigme, quand on voit comment Ter Stegen est arrivé à 20 ans à Mönchengladbach, il y avait une différence. Lucien Favre l’a lancé dans une opération maintien et on voyait de suite qu’il avait quelque chose. Quand Neuer est arrivé à Schalke, j’avais des doutes sur le fait qu’il devienne un grand gardien et finalement il l’est devenu donc il faut voir ce qu’il va se passer mais Nübel a déjà 24 ans et son bilan c’est qu’il a plus coûté de points qu’il en a rapporté à une équipe. Je n’ai pas de match de référence de Nübel contrairement à Ter Stegen ou Neuer plus jeune."  

Un match référence, c’est ce que recherche Niko Kovac pour son gardien, assuré qu’une grande performance raisonnera comme un déclic pour celui qui ne s’est jamais personnellement comparé à Manuel Neuer. "Il est évidemment content de voir que certains le voient comme son successeur mais pour le moment il est focus sur son travail, sur lui. Il est heureux d’avoir du temps de jeu dans cette équipe composée de jeunes talents", affirme son agent. Un temps de jeu en péril alors que le jeune Radek Majecki pousse derrière lui. Titulaire ce soir face au Sturm Graz, Alexander Nübel a toujours la confiance de son coach mais tous les deux sont conscients qu’un crédit n’est jamais illimité.  

Clément Brossard