RMC Sport

Coupe du monde 2019: cinq choses à savoir sur Cristiane, la star du Brésil

Cristiane, auteure d’un triplé contre la Jamaïque (3-0), sera l’attraction principale du choc entre le Brésil et l’Australie, ce jeudi lors de la Coupe du monde 2019 (18h). L’ancienne joueuse du PSG est admirée autant pour sa force mentale que son talent. Hors du commun.

Elle a surmonté une grosse dépression

La dépression et les blessures. Dans les médias brésiliens, Cristiane (33 ans) s’est longuement confiée sur les difficultés qu’elle a traversées après les Jeux olympiques de Rio, que la Seleçao (4e) a achevé au pied du podium en 2016. Un échec terrible pour l’ancienne du Paris Saint-Germain, qui évolue aujourd'hui à Sao Paulo, en 2e division. Elle ne pouvait alors s’imaginer que ce penalty manqué contre la Suède aurait de telles répercussions sur sa vie personnelle, bientôt tourmentée par le décès de sa grand-mère et les soucis de santé de sa mère.

"Je n’avais pas faim, pas sommeil, je n’avais envie de rien faire. Seulement pleurer, pleurer, pleurer. je pleurais vingt-quatre heures sur vingt-quatre, toute seule avachie sur mon canapé", raconte la joueuses à L'Equipe. Cristiane ne pensait à rien d’autre que cela. Elle a finalement remonté la pente avec le soutien de Patrice Lair, son entraîneur de l’époque, au Paris Saint-Germain. Revenue juste à temps d’une blessure à un mollet, Cristiane a inscrit un triplé contre la Jamaïque (3-0) pour ses débuts dans la Coupe du monde 2019.

A lire aussi >> Coupe du monde 2019: qui est Kadidiatou Diany, la "Beyoncé" des Bleues?

Une femme de caractère

Au lendemain des attentats du 13 novembre 2015, perpétrés dans la capitale par plusieurs commandos terroristes, la joueuse brésilienne est déboussolée. Loin de sa famille et de ses amis, inquiets, Cristiane fustige le choix du PSG d’organiser une séance d’entraînement le lendemain. "Pas un seul membre du club n'a demandé comment nous allions. Nous n'étions pas prêtes psychologiquement pour ça", expliquait alors la Brésilienne à SporTV News.

Elle regrette alors le manque d’empathie du club et envisage de partir. L’idée lui traverse l’esprit. Et elle n’est pas la seule. Chez les hommes, ils sont nombreux à y avoir pensé. David Luiz, l’un des nombreux internationaux brésiliens à évoluer au Paris Saint-Germain avoue depuis son pays: "Je ne sais pas ce que je vais faire, si je vais rentrer là-bas. C’est mon travail, mais si cela ne dépendait que de moi, je resterais ici", assure le Brésilien après un match face à l’Argentine.

Une technique soyeuse, un culot impressionnant

C’est au sein d’une famille modeste qu’à la force de son caractère, elle parvient à se défaire des préjugés pour réaliser son rêve: jouer au football. "Je n’ai jamais voulu faire autre chose", souffle-t-elle au Parisien en 2017. "C'est une joueuse dotée d'une grande technique individuelle", admire Patrick Kluivert, le directeur sportif du PSG à l’époque. Doté d’un "culot impressionnant", elle force l’admiration.

"Elle a une qualité technique impressionnante, appuie Marinette Pichon, la meilleure buteuse de l’histoire des Bleues, interrogée par le Point. C’est une attaquante qui ose tenter, surprendre avec un culot impressionnant." Ce qu’elle fera en finale de la Coupe de France avec une frappe du gauche sensationnelle malgré la défaite aux tirs au but (1-1, 7-6 tab) contre Lyon. 

Le show en Ligue des champions

Les triplés, c’est sa spécialité. "J'en ai connu des bons moments de Coupe d'Europe mais c'est mon premier grand moment avec le Paris Saint-Germain", savoure Patrice Lair. Bien mal embarquées après une défaite 3-1 à l’aller contre le LSK Kvinner en 2016, les Parisiennes renversent l’équipe norvégienne (4-1) grâce à trois buts de leur attaquante brésilienne et se qualifient pour les huitièmes de la Ligue des champions.

"Je l’avais laissé partir juste avant un match très important contre des Norvégiennes, elle m’en avait été très redevable et elle avait été extraordinaire au retour. C’est une très grande", s’est souvenu Lair pour L’Equipe. Le technicien français a conservé un souvenir marquant de l’attaquant brésilienne. Transférée par le PSG à l’été 2017 au Changchun Zhuoyue, Cristiane quitte la Chine 18 mois après son arrivée.

Un palmarès immense et des records à la pelle

Meilleure buteuse de l’histoire des JO (quatorze buts en quatre tournois), et "du monde" selon son sélectionneur, Vadao, championne d’Allemagne et du Brésil, Cristiane est devenue, contre la Jamaïque (3-0), la première joueuse à marquer dans trois Coupes du monde différentes (2007, 2011, 2019).

Auteure d’un triplé, en l’absence de Marta, avec laquelle elle partage le haut de l’affiche en sélection, l’ancienne Parisienne a achevé une partition fantastique contre la Jamaïque d’un maître coup-franc, déposé sous la barre de la gardienne adverse.

QM