RMC Sport

Des changements sur la règle du hors-jeu vont être testés

Les propositions d'Arsène Wenger concernant la règle du hors-jeu ont été étudiées par la FIFA et l'IFAB, l'instance qui détermine les lois du jeu. Des modifications seront testées pour favoriser les attaquants.

Chaque week-end, une polémique éclate sur un terrain européen après un but refusé pour un hors-jeu de quelques millimètres. Pour en finir avec ces débats sans fin, Arsène Wenger a annoncé il y a un an sa volonté de révolutionner la règle du hors-jeu. Directeur du développement du football mondial à la FIFA, l’ancien entraîneur d’Arsenal milite pour que tout attaquant soit considéré en position licite dès lors qu'une partie de son corps se trouve sur la même ligne qu'un défenseur. Ses propositions ont été étudiées par la FIFA et l’IFAB, l'instance qui détermine les lois du jeu du football.

"Nous allons tester des changements potentiels. On peut penser à une nouvelle loi qui favorise un peu plus l'attaque dans le football", a indiqué ce vendredi Gianni Infantino, le patron de la Fédération internationale, dans des propos rapportés par Sky Sports. Pour l’heure, la 11e loi du jeu est claire: "Un joueur est en position de hors-jeu si n’importe quelle partie de la tête, du corps ou des pieds se trouve plus près de la ligne de but adverse que le ballon et l’avant-dernier adversaire. Les mains et bras de tous les joueurs, y compris les gardiens de but, ne sont pas pris en compte. Un joueur n’est pas en position de hors-jeu s’il se trouve à la même hauteur que l’avant-dernier adversaire ou des deux derniers adversaires."

Wenger aimerait plus de souplesse

Wenger, lui, souhaite davantage de souplesse et donner l’avantage aux attaquants. Il avait expliqué qu’il aimerait qu’un joueur soit considéré en jeu (en position licite) dès lors qu’une partie de son corps pouvant marquer un but - tout sauf les bras – est sur la même ligne que le défenseur ou derrière lui au départ de la balle. Autrement dit, si un joueur possède un mètre d’avance sur son adversaire au départ de l’action, mais qu’il a son pied d’appui au même niveau que son adversaire, il pourra filer au but, sans être sanctionné. "Le principal problème des gens avec le VAR concerne la règle du hors-jeu, avait-il déclaré lors d’un événement organisé à Berlin. Vous avez des hors-jeu sifflés pour une fraction de centimètre… Il est temps de changer cela rapidement."

Dans un communiqué ce vendredi, l’IFAB confirme avoir reçu des indications de la FIFA concernant de potentielles adaptations de la règle du hors-jeu. Reste à connaître la nature exacte de ces modifications et quand elles seront testées. L'IFAB a par exemple indiqué que les nouvelles règles sur les mains seront appliquées au 1er juillet, ou avant si les organisateurs des compétitions le décident.

RR