RMC Sport

Insultes racistes dénoncées par Diakhaby: ce qu'il s'est passé lors de Cadiz-Valence

Le match Cadiz-Valence a été interrompu ce dimanche, après que Mouctar Diakhaby a dénoncé des insultes racistes de la part d'un adversaire. Le Français, qui a reçu le soutien de son club dans un communiqué, a demandé à ses coéquipiers de reprendre le match.

Dénonçant des insultes racistes contre lui de la part d'un adversaire, Mouctar Diakhaby a quitté le terrain en plein match, ce dimanche en Liga, alors qu’on jouait la 29e minute entre Valence et Cadix. Le Français a ensuite enjoint ses coéquipiers à reprendre le match, une vingtaine de minutes plus tard, mais a lui-même demandé à être remplacé.

Communiqué par la fédération espagnole après le match, le compte-rendu de l’arbitre de la rencontre, Medié Jiménez, permet d’y voir plus clair sur l’incident. "Mouctar Diakhaby, une fois averti pour contestation, me dit: 'Il m’a appelé « negro de mierda » ("nègre de merde")", en référence au n°16 de Cadiz, Juan Torres Ruiz (dit Cala). Ce fait n’a été perçu par aucun membre du corps arbitral."

Diakhaby a demandé à ses coéquipiers de reprendre

L’arbitre a aussi évoqué le processus ayant mené à la reprise du match, qui n’avait pas eu lieu après des incidents relativement similaires lors de PSG-Basaksehir, en décembre. "Après quelques instants, Valence a décidé d’abandonner le terrain, écrit l’arbitre. Pour cette raison, le match a été temporairement suspendu. [...] Après quelques minutes de suspension, le délégué de Valence nous a communiqué qu’ils avaient décidé de remplacer Mouctar Diakhaby et reprendre le match."

"L'esprit du football et du sport a perdu"

Plus tard dans la soirée, Valence a apporté son soutien à son joueur, via un communiqué officiel. "Mouctar Diakhaby est aujourd'hui une autre victime du racisme dans le football. Après avoir subi une insulte raciste intolérable, il a encore reçu un carton jaune pour avoir protesté. Nous sommes fiers du soutien que Diakhaby a reçu de ses coéquipiers et nous espérons que cet événement fera l’objet d’une enquête", écrit le club espagnol, qui confirme que c’est Diakhaby qui "a demandé à ses coéquipiers de revenir sur le terrain", après avoir été informé par l’arbitre des "conséquences potentielles" d’une non-reprise de la rencontre. "Aujourd’hui, le respect et l'esprit du football et du sport ont perdu", conclut le club.

Interrogé au sujet de l’incident en conférence de presse, Javier Gracia a confirmé le récit officiel. "Le joueur était très nerveux, a raconté le coach valencian. Nous avons choisi d'aller au vestiaire et avons été informés que si nous ne revenions pas, nous serions sanctionnés. Nous avons demandé à Diakhaby comment il allait et il nous a dit qu'il ne se sentait pas de jouer, mais il a compris que nous devions revenir sur le terrain, avec l'intention de remporter une victoire, et une motivation supplémentaire."

Le joueur de Cadiz nie les faits

De son côté, Alvaro Cervera, le coach de Cadiz, a expliqué que Cala, le joueur incriminé, avait nié les faits et qu’il "se devait de le croire". L’attaquant a fait son retour sur la pelouse avec les autres acteurs du match, avant d’être remplacé à la mi-temps. "Je lui ai dit que je craignais le pire, mais il m'a demandé de le laisser jusqu'à la pause. Plus tard, à la mi-temps, nous avons reparlé et il a insisté sur le fait qu'il ne l'avait pas insulté. Mais je l'ai vu affecté par tout ce qui se passait, et il avait déjà un carton, c'est pourquoi je l'ai sorti."

CP