RMC Sport

PSG-Basaksehir: l’arbitre roumain accusé de racisme suspendu jusqu’à la fin de la saison

L’UEFA a annoncé ce lundi la mise à l’écart de Sebastian Coltescu. L’arbitre roumain, accusé d’avoir employé un terme raciste lors du match de Ligue des champions entre le PSG et Basaksehir le 8 décembre dernier, est suspendu jusqu’à la fin de la saison pour "comportement inapproprié". L’arbitre central écope d’une réprimande.

Sebastian Coletscu n’officiera plus avant l’été prochain. L’UEFA a annoncé ce lundi la suspension de l’arbitre roumain jusqu’à la fin de la saison pour son comportement lors du match de Ligue des champions entre le PSG et Basaksehir, le 8 décembre dernier. L’officiel de 43 ans, qui officiait ce soir-là en tant que quatrième arbitre, est accusé d’avoir employé un terme raciste pour désigner Pierre Webo, l’assistant camerounais du club d’Istanbul. Après enquête, l’UEFA a décidé de le sanctionner pour "comportement inapproprié". Mais pas pour une infraction à l’article du règlement concernant "le racisme et les comportements discriminatoires". Octavian Sovre, l’arbitre central, écope lui d’une réprimande. Les deux hommes devront suivre un programme éducatif supervisé par les services d'arbitrage de l'instance européenne, avant le 30 juin 2021.

Webo suspendu un match

Pierre Webo est également suspendu un match pour "conduite antisportive". L'ancien buteur camerounais avait été exclu du banc de Basaksehir au Parc des Princes. Accusant Sebastian Coltescu de l'avoir qualifié de "negru" (noir en roumain), il avait été soutenu par les joueurs des deux équipes, qui avaient décidé de quitter le terrain en guise de protestation. Après de longues minutes de flottement et de débats, ils étaient finalement revenus le lendemain afin de disputer la fin de ce match de poules de C1, remporté par les Parisiens (5-1). Sur fond de lutte contre le racisme.

Après avoir porté des t-shirts en soutien à Webo, Neymar, Kylian Mbappé, Demba Ba et leurs partenaires s'étaient rassemblés dans le rond central avant la reprise de la rencontre, pour poser un genou à terre durant l'hymne de la Ligue des champions. Les images avaient fait le tour du monde et entraîné de nombreuses réactions. Jamais un match de C1 n'avait été arrêté à l'initiative des joueurs en raison d'un acte discriminatoire.

Dans la foulée, Demba Ba et Pierre Webo ont critiqué l'attitude de Thomas Tuchel durant cet incident. Le coach allemand, alors sur le banc du PSG, est accusé de ne pas s'être montré solidaire de cette action historique. "Certaines personnes de Paris, ou plutôt une personne de Paris, j’aurais aimé qu’elle soit devant la caméra et qu’elle explique comment elle nous a traités. Parce que je n’accepte pas cela et que je ne l’accepterai jamais, et la prochaine fois que je le verrai, il en entendra parler", a lâché Demba Ba à la télévision turque. "Il (Tuchel) parlait avec Frederik Gulbrandsen (attaquant norvégien de Basaksehir, ndlr) et il lui a dit que tout avait été manigancé depuis la Turquie, a explique Webo dans France Football. Ça m'a vraiment surpris. Il lui a demandé si l'arbitre m'avait vraiment dit ça ou est-ce que c'est parce qu'on ne voulait pas jouer qu'on avait pensé à ça depuis la Turquie... Il y a eu un manque de solidarité de sa part". Des accusations que Tuchel, contacté par FF, aurait démenties.

https://twitter.com/AlexJaquin Alexandre Jaquin Journaliste RMC Sport