RMC Sport

La CAF annonce le lancement d'une Super League africaine en 2023

Le président de la CAF Patrice Motsepe a annoncé mercredi dernière la création d'une Super League regroupant les meilleurs clubs du continent africain. La première édition se tiendra en 2023.

Florentino Pérez va faire une crise de jalousie. Le projet mort-né d’une Super League européenne, que le président du Real Madrid défendait avec une petite dizaine d’autres clubs du gratin européen, dont le FC Barcelone, verra bien le jour. Mais pas sur le Vieux continent. Patrice Motsepe, le président de la Confédération africaine de football (CAF) a annoncé mercredi dernier, en Tanzanie, le lancement d’une compétition regroupant vingt-quatre clubs issus de seize pays du continent, à partir de l’année prochaine. L’idée avait été lancée dès 2019 par Gianni Infantino, à l’occasion d’un déplacement en République démocratique du Congo où il célébrait les 80 ans du Tout Puissant Mazembe.

24 équipes engagées

"Il faut prendre les 20 meilleurs clubs d'Afrique et les faire jouer dans une ligue africaine. Une telle ligue peut engendrer au moins 200 millions de revenus, ce qui la placerait dans le top 10 mondial, du jour au lendemain", ambitionnait déjà le patron de la FIFA. Au lendemain de son élection en mars 2021, Patrice Motsepe avait immédiatement adhéré à ce projet et lancé une étude de faisabilité, rapporte Le Monde, qui a dévoilé ce lundi les contours de la compétition. Les vingt-quatre équipes seront réparties selon des critères géographiques en trois groupes de huit, lors de la première phase. Chacune d’entre elles disputera quatorze matchs. Les cinq premiers de chaque groupe et le meilleur parmi les sixièmes seront qualifiés pour les huitièmes de finale.

11.100.000 d'euros promis au vainqueur

La dotation estimée par Patrice Motsepe devrait s’élever à 97 millions d’euros. Une somme qui sera répartie entre les clubs engagés. Il est prévu que chaque participant touche 2.420.000 euros lors de la première édition, tandis que le vainqueur empochera la somme de 11.100.000 euros. Vieux serpent de mer en Europe, la création d’une Super League s’est heurté à un vent de révolte quand les mutins ont tenté de forcer la main à l’UEFA. Face au tollé suscité par leur entreprise, les premiers clubs anglais ont été forcés de faire marche arrière, rendant caduque un projet qui ne tenait plus qu’à un fil après seulement 48h d’existence. Cette compétition privée qui se voulait rivale de la Ligue des champions n’a même pas eu le temps de naître qu’elle était déjà enterrée.

En Afrique, le projet ne suscite pas un rejet aussi massif mais il est loin de faire l’unanimité, souligne Le Monde. L’ancien buteur des Lions Indomptables Roger Milla estime dans les colonnes du journal qu’il aurait sans doute été "préférable d’améliorer les deux compétitions qui existent déjà". Les personnalités interrogées par le quotidien ne partagent pas toutes le même scepticisme. Elles espèrent toutefois que l’arrivée de cette nouvelle compétition profitera à l’ensemble du football africain, et pas seulement à quelques-uns.

QM