RMC Sport

Le Graët : « J’ai parlé avec mes tripes »

Noël Le Graët

Noël Le Graët - -

Invité exceptionnel de Larqué Foot dimanche sur RMC, Noël Le Graët, le nouveau président de la Fédération Française de Football, est revenu sur les moments qui ont peut-être fait basculer le vote en sa faveur et ses premiers désirs de président.

Avez-vous le sentiment que votre intervention réalisée hier avec brio à l’hôtel Méridien lors de l’assemblée fédérale a fait la différence ?

Je ne sais pas si les gens arrivent avec une idée définitive pour le vote mais j’ai préféré parler sans note, avec mes tripes, plutôt que de lire quelque chose que les gens n’auraient pas apprécié.

Juste avant l’élection, vous avez dit « je vais gagner », vous étiez optimiste ?

La veille, j’ai fait le tour de Paris pour saluer les pros qui étaient en réunion, saluer l’Outre-mer. Le matin de l’élection, deux-trois ligues importantes sur lesquelles je n’imaginais pas de soutien sont venues me voir. J’ai senti que le football amateur suivait énormément et je me suis dit je ne devrais pas être très loin, que ça allait passer.

Quel sera le rôle de la haute autorité qui travaillera de pair avec le comité exécutif ?

La haute autorité est un conseil de surveillance d’entreprise, elle est à l’écoute de ce qui est réalisé par l’exécutif. Elle a un pouvoir de conseil voire de sanction. Il faudra avoir des rapports cordiaux avec l’ensemble des familles. Plus on multiplie les instances, plus nous avons de risques d’avoir des difficultés.

De quelle manière allez-vous travailler avec la Ligue de Football Amateur ?

Je vais recevoir M.Barbet (président de la LFA, qui était pro-Duchaussoy ndlr) rapidement. La FFF et la LFA doivent parler le même langage. Il n’y a aucune raison pour que je ne travaille pas avec Bernard.

Avez-vous prévu une mesure pour que le fiasco de Knysna ne se reproduise plus?

Les joueurs de l’équipe de France viendraient tous à pied pour le maillot bleu. Ils adorent le maillot même s’ils ne savent pas toujours l’exprimer. Ils viennent à Clairefontaine pour tous les matchs avec beaucoup de passion. Je crois que le couple président-sélectionneur est indispensable. Je serai très présent et attentif sur le côté sportif et ainsi limiter les risques pour que cet événement ne se reproduise.