RMC Sport

Barça-Betis: pourquoi Koeman et Joaquin se haïssent

Le Barça reçoit le Betis Séville ce samedi lors de la neuvième journée de Liga (16h15). L’occasion de retrouvailles glaciales entre l’entraîneur catalan Ronald Koeman et la légende andalouse Joaquin. Une détestation mutuelle née de leur aventure commune à Valence.

Incapable de gagner en Liga depuis quatre matchs, le Barça a déjà besoin de points au moment de recevoir le Betis Séville ce samedi lors de la neuvième journée de Liga (16h15). Ce duel entre les Catalans et les Andalous fera l’objet d’un duel un peu particulier entre Ronald Koeman et Joaquin. 

Si le technicien néerlandais a refusé de s’appesantir sur le sujet en conférence de presse, l’ailier andalou n’a pas hésité à le tacler dans les médias en début de semaine. "Je ne lui dirai pas bonjour et il ne me saluera pas", a même lancé le Sévillan lors d’un entretien auprès de la radio Cadena Ser.

Koeman s’était mis à dos le vestiaire à Valence

Véritable légende au Betis, Joaquin s’est pourtant offert plusieurs aventures loin de son club formateur entre 2006 et 2015. L’une d’elles lui a ainsi permis de croiser la route de Ronald Koeman à Valence, lors de la saison 2007-2008. Nommé en cours de championnat après le licenciement de Quique Sanchez Flores fin octobre, l’entraîneur s’est rapidement mis à dos les cadres de son vestiaire et a écarté le trio Canizares-Albelda-Angulo.

Proche des trois hommes, Joaquin est entré en conflit avec le patron de l’équipe première et a signé une campagne très poussive en Liga (trois buts et deux passes décisives en 34 apparitions). Un conflit avec Koeman qui a nui à la situation sportive de Valence. Et Joaquin a rejeté la faute d’une décevante dixième place sur la gestion du groupe par son entraîneur. 

Joaquin écarté pour la finale de Coupe du Roi

Joaquin a ensuite ressenti comme un véritable affront sa mise à l’écart pour la finale de Coupe du Roi contre Getafe en avril 2008. Arrivé en retard à l’entraînement pendant la semaine, et se justifiant par une panne de voiture, l’ailier n’aurait pas supporté d’être traité différemment d’Ever Banega, comme le rappelle le journal Marca. Recruté par Ronald Koeman, le milieu argentin avait également eu du retard lors d’un rassemblent mais avait bénéficié de la clémence de son entraîneur.

Remplaçant au coup d’envoi de cette finale susceptible de sauver la saison de Valence, Joaquin a même été envoyé s’échauffer une bonne partie du match sur le bord du terrain… sans jamais entrer lors de la victoire de son équipe (3-1). Joaquin ne l’a jamais pardonné à l’ancien sélectionneur des Pays-Bas.

Koeman avait dégainé après son licenciement

Malgré un titre et une qualification pour la Coupe de l’UEFA, Ronald Koeman s’est fait licencier quelques jours après la victoire (non célébrée dans les rues de Valence) en finale de Coupe du Roi contre Getafe. Une déroute à domicile contre Bilbao (1-5) lui a coûté sa place. L’occasion pour Joaquin et le vestiaire de se réjouir du départ de leur entraîneur.

Peu de temps après son départ, le technicien néerlandais a réglé ses comptes avec son ancien groupe et a violemment critiqué l’ailier droit en le décrivant comme "un joueur qui a coûté 25 millions mais qui ne valait même pas 25 euros".

Joaquin: "Koeman était plus attentif au vin"

Ciblé par son ancien entraîneur, Joaquin ne s’était pas fait prier pour lui répondre et avait réagi à la pique de son ancien coach avec autant de virulence. "Il était plus attentif au vin", avait alors ironisé l’Espagnol dans la presse. 

Un peu plus de douze ans après leur collaboration, la haine semble encore assez vivace entre Joaquin et Ronald Koeman. Nul doute que l’ailier du Betis Séville aura à cœur de briller ce samedi face au Barcelone. Et ainsi de fragiliser un peu plus la position du technicien néerlandais sur le banc catalan.

>> La Liga est disponible via l’offre RMC Sport-beIN Sports

JGL