RMC Sport

Barça: "Il recevait beaucoup de coups", les souvenirs de Fabregas sur un Messi "très, très petit"

Formé à la Masia, l'académie du Barça, Cesc Fabregas a évolué dès le plus jeune âge avec Lionel Messi, de la génération 1987 comme lui. Le Monégasque n'a rien oublié de cette époque, du talent de la Pulga, ni de son petit gabarit...

Avant Monaco, avant Chelsea, avant même de rejoindre Arsenal à 16 ans, Cesc Fabregas a fait ses classes à la Masia, le célèbre centre de formation du FC Barcelone. Etant de la génération 1987, le milieu de terrain a évolué dès le plus jeune âge avec deux légendes du club catalan: Gerard Piqué et Lionel Messi. Et il n'a rien oublié de cette époque... 

"On avait une très, très bonne équipe, raconte ce jeudi le Monégasque dans une interview à L'Equipe. Beaucoup disent qu'on était la meilleure équipe de l'histoire du centre de formation du Barça. Je ne sais pas si cela a changé, mais jusqu'à il y a peu, on n'était la seule équipe à avoir remporté le championnat des moins de 15 ans alors qu'on n'avait que 14 ans, devant les U15 de l'Espanyol Barcelone, en plus!" 

"Il recevait beaucoup de coups parce qu'il n'avait pas encore la force physique pour résister aux fautes"

Grâce à un Piqué déjà impérial en défense central, un Fabregas dans tous les bons coups au milieu, et évidemment un Messi au-dessus du lot techniquement. Même si tout n'était pas si facile pour le futur sextuple Ballon d'or... 

"Il était surtout très, très petit, raconte son vieux copain. Il recevait beaucoup de coups parce qu'il n'avait pas encore la force physique pour résister aux fautes. On voyait qu'il avait de la facilité dans le un contre un, mais de là à imaginer ce qu'il allait devenir... Il jouait à gauche, pas attaquant. Le changement s'est produit lors d'une finale de Coupe de Catalogne contre l'Espanyol. Notre entraîneur était Tito Vilanova (qui deviendra coach des pros en 2012-2013, ndlr). La veille du match, il vient voir Leo et moi et nous dit qu'il va l'aligner avant-centre et moi numéro dix, plus haut que d'habitude. C'était la première fois pour nous deux." 

Et cela a été mémorable. "Leo s'était fracturé la pommette cinq jours plus tôt, poursuit Fabregas. Il avait dû jouer avec un masque. Le même qu'avait utilisé Puyol un mois plus tôt avec l'équipe première parce qu'on n'avait qu'un masque pour tout le club! Pendant la finale, Messi a pu sortir au bout de vingt minutes: on menait déjà 3-0, il avait inscrit un hat-trick... C'est la première fois qu'on s'est dit qu'on tenait là un phénomène." 

CC