RMC Sport

Barça: l'option de Laporta pour jouer pendant la rénovation possible du Camp Nou

Candidat à la présidence du Barça, Joan Laporta a clairement affiché ses ambitions de rénovation du Camp Nou. L'Espanol a alors évoqué une délocalisation des matchs des Blaugrana au stade Montjuïc pendant la rénovation qui prendra plusieurs années.

Dans la course pour l’élection présidentielle du FC Barcelone, prévue le 7 mars prochain, Joan Laporta expose petit à petit ses projets pour le Barça. Ce jeudi, l’homme politique espagnol a laissé entendre que les Blaugrana pourraient jouer au stade olympique de Montjuïc pendant les possibles travaux de rénovation du Camp Nou. "Nous devrons décider s'il faut jouer deux ans et demi dans un autre stade pendant les travaux ou les combiner avec les matches du Camp Nou pendant cinq ans", a déclaré Laporta. En revanche, si l’option de rester au Camp Nou pendant les travaux est choisie, "il y aura des mois où il n'y aura pas de public", a-t-il ajouté.

Ce projet qui tient à cœur à Laporta se tiendra dans un calendrier serré: "Nous aimerions que la fin des travaux coïncide avec le 125e anniversaire du Barça en 2024, même si ce serait forcer la machine. Ce qui pourrait se faire que si nous quittons le Camp Nou". Un déplacement vers un autre stade qui ne pourrait se faire "sans audit", selon Laporta.

Un budget d’au moins 825 millions d’euros

Le favori aux élections présidentielles a ensuite rappelé que ce projet de rénovation avait été rejeté une première fois: "Nous avons fait l'erreur de rejeter le projet que j'ai présenté en 2010. Nous devons l'accepter, mais actuellement c'est une nécessité majeure".

Selon le candidat, le budget de cette rénovation serait de "825 millions d'euros, mais il n'est pas encore définitif. Il existe un contrat de prêt avec Goldman Sachs pour ce montant à rembourser en 30 ans et qui doit être ratifié par l'Assemblée". Un coût qui pourrait augmenter selon Laporta, alors que le Barça est en proie à de grandes difficultés financières depuis le début de la crise sanitaire.

ALR