RMC Sport

Barça: Piqué s'offre un voyage d'affaires... sans l'accord de Valverde

En août 2018, le défenseur espagnol Gérard Piqué s'est envolé aux États-Unis pour une réunion liée à son implication dans la refonte de la Coupe Davis. Ernesto Valverde n'était pourtant pas d'accord, a-t-il révélé.

Gérard Piqué n'en a fait qu'à sa tête. De passage à New York pour assister à l'US Open, en pleine trêve internationale, le défenseur du FC Barcelone a révélé dans une interview au journal espagnol AS avoir outrepassé un refus d'Ernesto Valverde pour effectuer un voyage aux États-Unis en août 2018 dans le cadre de ses affaires liées au tennis.

À cette époque, l'ancien international espagnol était pleinement impliqué dans la refonte de la Coupe Davis. Par le biais du fonds d'investissement Kosmos, qu'il a fondé et qu'il préside, le footballeur a travaillé main dans la main avec la fédération internationale de tennis (ITF) pour transformer le célèbre tournoi de tennis par équipes.

"Pas question, c'est un très long voyage"

Mais pour finaliser ce chantier, moyennant trois milliards de dollars sur 25 ans, Gérard Piqué était attendu à Orlando pour un vote. Or, il se trouvait en pleine préparation de début de saison avec le Barça. "Pas question", l'a prévenu Ernesto Valverde, rapporte Gérard Piqué qui explique ensuite lui avoir exposé en détail la situation.

"Écoute Ernesto, je dois y aller parce qu'il y a des doutes et ma présence peut aider à faire avancer le projet, se rappelle le défenseur de 32 ans. Je ne voulais lui dire que c'était à Orlando. Il n'a pas dit non, mais il n'a pas dit oui non plus". Dans la foulée, le Barça affronte Séville en Supercoupe d'Espagne (2-1) et s'impose avec un but du Catalan, qui s'est servi de cette performance pour lui forcer la main.

"Il a alors accepté et ma demandé où j'allais, a poursuivi Gérard Piqué. Je lui ai expliqué que c'était à Orlando et il a sursauté: pas question, c'est un très long voyage. Mais j'ai insisté. (...) Je suis parti, la réforme a été approuvée et nous avons gagné quand je suis revenu".

JA