RMC Sport

Barça: qui est Ezequiel Àvila, la nouvelle cible du mercato?

-

- - -

Selon les informations du quotidien argentin La Nacion, l’attaquant Ezequiel Àvila serait la priorité du FC Barcelone pour le mercato hivernal qui doit faire sans Luis Suárez, jusqu’à la fin de saison pour une blessure au genou. Zoom sur le buteur du promu Osasuna, déjà auteur de neuf réalisations en championnat.

Et si le Barca confiait (une partie) des clés de son attaque à un joueur méconnu? C’est l’alternative envisagée par le FC Barcelone, actuel leader de la Liga et qualifié pour les huitièmes de finale de la Ligue des champions. L’équipe catalane envisagerait d’attirer dans ses rangs Ezequiel "Chimy" Àvila, actuel attaquant du promu Osasuna, 12e du championnat. Âgé de 25 ans, le 4e meilleur buteur de la Liga (9 buts), disposerait d'une clause libératoire de 15 millions d'euros dans son contrat.

Il est né dans la même ville que Messi

Avant même de peut-être signer chez les Blaugrana, Àvila partage un point commun avec la star du club, Lionel Messi. Comme son illustre aîné, il est né à Rosario dans l’Est de l’Argentine. Mais le joueur a connu une tout autre trajectoire que celle de son compatriote. Son surnom "Chimy" vient de "Chimichurri", une sauce argentine réputée pour son gout épicé. Comme son tempérament qu’il a développé dans un territoire marqué par la violence et les crimes. Une enfance compliquée qui aurait pu avoir raison de son destin de footballeur, lorsque Àvila a été dénoncé par son premier club du Tiro Federal de Rosario pour un vol dans les locaux du club en 2013.

Il se pensait perdu pour le football

Ezequiel Àvila a passé deux années sans jouer. Une période qui coïncide avec l’hospitalisation de sa fille, qui a frôlé la mort. Il gagnait sa vie en tant que maçon. Le "Futbolistas Argentinos Agremiados", syndicat des footballeurs professionnels argentins, a couvert les frais d’hospitalisation de sa fille. Un jour, en regardant un match de football à la télévision, sa femme lui a demandé pourquoi il pleurait. "Je pleure pour la façon dont le football m'a échappé" avait-il déclaré. À 20 ans, "Chimy" a obtenu une unique chance de renouer avec le ballon rond à San Lorenzo, club de Buenos Aires. "Nous étions sur le point d’aller au Mondial des clubs (2014). On avait été informé de la situation de Chimy (…) Nous avons décidé de l’apporter comme un pari, pour qu’il grandisse au sein de la réserve", se souvient le directeur général Bernardo Romeo.

Un style de jeu semblable à Kun Agüero

Chez San Lorenzo, la progression s’est faîte en douceur. Le club a protégé son joueur pour ne pas qu’il retombe dans ses travers de jeunesse. Il dispute 15 matches en première division lors de la saison 2016/2017. Ses caractéristiques rappellent celle d’un autre grand buteur de l’Albiceleste. "C’est un attaquant rapide, agressif. Il a le nez pour le but. Il a une carrure similaire à celle du Kun Agüero. "Il tient bien la balle et quand il se retourne, vous ne pouvez plus l’attraper", détaille Hugo Tocalli, ancien gardien argentin sélectionneur des U20 argentins entre 2005 et 2007.

Une éclosion tardive

En trois saisons à San Lorenzo, il n’a joué qu’une moyenne de 23 minutes par match et marqué que deux petits buts. Il signe à Huesca en seconde division où il marque 7 buts et 35 rencontres et participe à la montée du club du nord en Liga. C’est à 24 ans et pour sa première saison dans l’élite qu’il parvient à éclore avec 10 buts en 34 rencontres. Malgré la descente immédiate de son club, Osasuna l’achète à l’été 2019 pour près de trois millions d'euros. Une demi-saison et 9 buts plus tard, "Chimy" Àvila le perdu pourrait être sur le point de se retrouver dans l’un des plus grands clubs européens.

Walid Kachour