RMC Sport

Catalogne: l’élection qui peut tout changer pour le Barça

-

- - -

Les résultats des élections régionales en Catalogne ce dimanche pourraient éjecter le Barça et l’Espanyol Barcelone de la Liga. C’est en tout cas ce qu’a déclaré le président de la Ligue de football professionnel espagnole.

Les élections régionales de la Catalogne, ce dimanche, auront plusieurs enjeux. Politiques d’abord, puisque les partisans de l'indépendance présentent ce scrutin comme un référendum, pour ou contre leur projet de conduire la région vers la sécession. Sportifs aussi puisque Javier Tebas, le président de la Ligue de football professionnel espagnole (LFP), a menacé les clubs catalans (dont le Barça et l’Espanyol Barcelone) qu’ils ne pourraient plus jouer dans les championnats espagnols en cas d’indépendance.

« La Loi du sport est très claire : les seuls compétiteurs non-espagnols qui puissent jouer dans le championnat espagnol sont les clubs andorrans, a-t-il expliqué à la TVE. S'il n'y a pas de négociation bilatérale, il est impossible qu’ils puissent jouer en Liga. Ce serait une Liga sans les équipes catalanes, mais pas seulement en football, aussi en Liga ACB (basket, ndlr), en Liga Asobal (handball). Les équipes catalanes ne pourraient disputer aucune compétition en Espagne, du moins dans ce qui resterait de l'Espagne. »

« Comme l’Ajax, le Celtic ou le Standard »

Une déclaration qui fait écho à celle du secrétaire d’Etat espagnol aux Sports, Miguel Cardenal. « Dans un pays de 8 millions d'habitants (la population de la Catalogne), le risque est de devenir un club se basant uniquement sur la formation comme l'Ajax Amsterdam, le Celtic Glasgow, le Standard (de Liège)..., et de ne pouvoir atteindre au maximum que les huitièmes ou les quarts de finale de la Ligue des champions, prévient-il. Ce n'est pas le discours de la peur, c'est celui du réalisme. »

Si son sort alimente les supputations, le Barça s’est vite détaché du débat par la voix de Josep Bartomeu, son président, qui a choisi d’être neutre. Une posture qui tranche avec le choix du club, en octobre 2014, de se prononcer en faveur du « droit à décider » de l'avenir de la Catalogne, en rejoignant une plate-forme d'entités militant pour l'organisation d'un référendum d'autodétermination. Joan Laporta, son prédécesseur à la tête du Barça (2003-2010), avait profondément ancré le nationalisme catalan au sein du club, en en faisant l’un des porte-drapeaux de l’indépendance.